GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: Bachar el-Assad se dit «très confiant» dans la victoire de ses troupes

    media Le président syrien Bachar el-Assad interviewé par une journaliste de la chaîne du Hezbollah libanais, Al-Manar, à Damas, le 30 mai 2013. REUTERS/SANA

    Très attendue, l'interview de Bachar el-Assad a été retransmise ce jeudi 30 mai au soir par la chaîne de télévision du Hezbollah, alors que la crise syrienne dure depuis plus de deux ans. Le président syrien s'est dit « très confiant » dans la victoire de ses troupes et a prévenu que tout accord de paix qui pourrait être conclu à la conférence de Genève devrait être approuvé par référendum. Il a également affirmé qu'il n'hésiterait pas à se présenter à la présidentielle de 2014 si le peuple le voulait.

    L'interview a été diffusée sur la chaîne du Hezbollah libanais, Al-Manar. Bachar el-Assad a confirmé que la livraison de missiles à son régime par la Russie a commencé et qu’il est sous pression pour ouvrir le front du Golan avec Israël qui occupe ce plateau depuis 1967. Il a également affirmé qu'il sera candidat à la présidentielle de l'an prochain si le peuple le veut.

    Bachar el-Assad est aussi revenu sur le projet d'une conférence de paix internationale sur la Syrie, baptisée « Genève II », et qui doit se tenir en juin. Sur le principe, le président est d'accord même s'il se réserve le droit de changer d'avis, si de nouvelles conditions lui étaient imposées. Il a ajouté que tout accord de paix sera soumis à référendum.

    Une fois de plus, Bachar el-Assad refuse de quitter le pouvoir comme le lui a demandé l’ancien président de la Coalition nationale de l'opposition syrienne, Ahmed Moez al-Khatib, qui lui a proposé de quitter la Syrie avec 500 membres de son entourage.

    « Mon départ ou mon maintien à mon poste dépend uniquement de la volonté populaire, affirme Bachar el-Assad. Toute personne qui réclame mon départ doit d’abord nous dire qui elle représente. Est-ce qu’elle a le mandat du peuple pour formuler une telle demande ? J’ai entendu parler de l’initiative de l’opposition, ils me proposent de quitter la Syrie avec 500 personnes et me donnent vingt jours pour y réfléchir, je me réjouis à cette idée. »

    Réunion tripartite

    L’ONU, quant à elle, a annoncé ce jeudi soir une réunion tripartite à Genève le 5 juin, des représentants des Etats-Unis, de la Russie et de l'ONU pour tenter d'initier un dialogue entre le régime et les opposants et préparer la conférence internationale « Genève II ».

    « Concernant notre participation à la conférence de " Genève II ",  eh bien, officiellement, nous y prendrons part en tant que représentants légitimes du peuple syrien, a déclaré Bachar el-Assad. L’opposition elle, elle représentera qui ? Lorsque la conférence sera terminée, nous, nous rentrerons en Syrie dans nos maisons auprès de notre peuple. Et eux, où est-ce qu’ils iront ? Dans leurs hôtels ? Ou alors ils iront faire leurs rapports aux services de renseignements des pays qui les accueillent ? De toute façon, nous savons bien qu’à Genève nous allons négocier avec les pays qui se cachent derrière l’opposition. D’ailleurs, si ces pays posent de nouvelles conditions, nous ne participerons pas à la conférence. »

    L'opposition, elle, a annoncé ce jeudi qu'elle refusait de prendre part à cette conférence tant que des membres du Hezbollah, notamment, se battent sur le sol syrien.

    Enfin, Bachar el-Assad a reconnu et salué la participation du Hezbollah dans la bataille de Qousseir. Sur le terrain, les combats se poursuivent dans cette ville, située non loin de la frontière entre le Liban et la Syrie. L'armée syrienne, épaulée par le Hezbollah, serait prête à lancer l'assaut contre la dernière poche rebelle pour reprendre Qousseir, qui serait maintenant contrôlée à 80% par les soldats fidèles à Bachar el-Assad.

    Une implication du Hezbollah dénoncée par les Libanais sunnites, mais soutenue par l’immense majorité de la communauté chiite. Notre envoyé spécial au Liban, s’est rendu ce jeudi soir, dans la banlieue sud de Beyrouth, où se trouve l’un des bastions du Hezbollah. Il a recueilli dans la rue les réactions à l’intervention du président syrien :

    Il est déconnecté de la réalité, c’est un fou et un menteur […]. Le président avait l’air en confiance, pas du tout comme ils voudraient nous le faire croire dans les médias.
    Au Liban, les réactions de la rue après l'interview de Bachar el-Assad 11/10/2013 - par Daniel Vallot Écouter

    Nous lançons un appel urgent à la Croix-Rouge internationale et au Croissant-Rouge international ; à toutes les organisations humanitaires pour qu'elles se rendent sur place
    «Agir pour arrêter les massacres en cours à Qousseir» Georges Sabra, président par intérim de la Coalition nationale syrienne 11/10/2013 - par Aabla Jounaïdi Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.