GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Aujourd'hui
Mardi 22 Août
Mercredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Un piéton est décédé et un autre a été grièvement blessé ce lundi 21 août au matin à Marseille, dans le sud de la France, après avoir été heurtés par un véhicule qui a foncé à deux reprises vers des abris d'autobus, selon des sources policières. La police a procédé peu après à l'interpellation d'une personne à bord du véhicule en cause, immobilisé sur le Vieux-Port, au coeur de cette ville de la côte méditerranéenne, a-t-on appris de mêmes sources.

    Moyen-Orient

    Syrie: l'ONU ajoute le front al-Nosra à sa liste d'organisations «terroristes»

    media

    Pour les Nations unies, tous les rebelles syriens ne sont pas fréquentables. La preuve, ce vendredi 31 mai, avec l'inscription du front jihadiste al-Nosra sur la liste des organisations considérées par l'ONU comme « terroristes ». Lié à al-Qaïda, ce groupe s'expose d'ailleurs à des sanctions.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    C’est la première fois que des combattants en Syrie sont sanctionnés par l’ONU. Les islamistes d’al-Nosra forment sans conteste le groupe rebelle le mieux armé et le plus efficace contre Bachar el-Assad.

    Al-Nosra a fait allégeance à al-Qaïda en Irak et c’est à ce titre que le Conseil de sécurité lui impose des sanctions. Al-Nosra est responsable de plusieurs attentats à Alep et à Damas. Les Etats-Unis l’ont déjà désigné comme organisation terroriste. Ses dirigeants sont désormais soumis à un gel des avoirs, une interdiction de voyager et un embargo sur les armes, qu’ils n’auront sans doute aucun mal à contourner.

    Cette mesure est avant tout un message. Le gouvernement syrien et la Russie y voient la reconnaissance que l’opposition syrienne est gangrenée par les jihadistes. Pour les Occidentaux, au contraire, il s’agit d’opérer une distinction entre les islamistes radicaux et l’opposition qualifiée de « démocratique » et pour laquelle l’Union européenne a levé l’embargo sur les armes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.