GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La participation du Hezbollah au conflit syrien déchire le Liban

    media Le leader du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah devant ses soutiens, le 16 février 2013 à Beyrouth. REUTERS/Sharif Karim

    Au Liban, la participation du Hezbollah au conflit syrien déchire le pays. La campagne contre le parti d’Hassan Nasrallah est repartie de plus belle. On parle maintenant de « milice qui travaille pour le compte de l’étranger ». On exige aussi son retrait de Syrie.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Pour les ennemis du Hezbollah, la participation de l’organisation à la guerre en Syrie aux côtés de l’armée régulière est la goutte qui a fait déborder le vase. La campagne contre le parti de Hassan Nasrallah a repris de plus belle et ses détracteurs ont placé la barre très haut cette fois. Selon eux, le Hezbollah n’est plus une résistance contre Israël mais une milice qui combat à l’extérieur des frontières pour le compte d’Etats étrangers.

    Parti irresponsable ?

    Dans le meilleur des cas, le parti est accusé d’être irresponsable, d’entraîner le Liban dans le conflit syrien et de provoquer une discorde entre sunnites et chiites. D’un autre côté, dans le pire des cas, sa loyauté envers le Liban est remise en question. Des voix s’élèvent donc pour exiger son retrait de Syrie, son isolement de la scène politique libanaise et son exclusion du prochain gouvernement.

    Mais ces vœux ont peu de chances d’être exaucés dans le cadre des rapports de force actuels. S’il a beaucoup d’ennemis, le Hezbollah a aussi de nombreux amis dans la classe politique libanaise. Il reste un parti puissant et populaire chez les chiites et dispose de partisans dans les autres communautés. Son isolement risque de provoquer une crise politique majeure et le chef druze Walid Joumblatt, qui ne le porte pas dans son cœur, en est parfaitement conscient. C’est pour cela qu’il plaide pour l’intégration du Hezbollah dans le prochain gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.