GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Janvier
Mardi 17 Janvier
Mercredi 18 Janvier
Jeudi 19 Janvier
Aujourd'hui
Samedi 21 Janvier
Dimanche 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d'une conférence de presse à Dakar qu'une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu'à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l'intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: plus de 70 officiers désertent l'armée du régime de Bachar el-Assad

    media Les soldats de l'armée syriennes célèbrent le contrôle de la ville de Dumayna, à 7 km de la ville rebelle de Qousseir. Le 13 mai 2013. AFP PHOTO/JOSEPH EID

    Malgré les récentes avancées de l’Armée syrienne libre, les forces de Bachar el-Assad continuent de subir des défections. Soixante-dix officiers, dont six généraux, ont changé de camp durant ces trois derniers jours, selon Ankara. Ces anciens cadres de l’armée régulière ont trouvé refuge en Turquie.

    Selon Riad Kahwaji, président de l’INEGMA, un institut d’analyse militaire au Proche-Orient, ces défections au sein de l'armée du régime du président syrien Bachar el-Assad  prouvent que Damas n’a aucun contrôle sur ses troupes.

    « Ces défections prouvent que les récentes avancées réalisées par les troupes régulières n’ont été rendues possibles que grâce à l’appui du Hezbollah et de forces alliées venues d’Iran et d’Irak », affirme Riad Kahwaji. 

    Et d'ajouter : « A la moindre occasion, les soldats, les officiers font défection. Pourtant, il n’est vraiment pas facile de passer à l’action. Dans leurs casernes, ils sont surveillés de près par la sécurité militaire, par les renseignements. Si ces services ont le moindre doute au sujet d’un militaire, ils peuvent l’exécuter sur le champ. Il y a aussi un autre élément qui doit être pris en considération par ceux qui veulent faire défection : ils doivent d’abord s’assurer que leurs proches se trouvent en lieu sûr. Sinon le régime n’hésitera pas à se venger sur leurs familles. »

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.