Egypte: ouverture d'une enquête pénale à l'encontre du président déchu Mohamed Morsi - Moyen-Orient - RFI

Réécouter

Grand reportage

Les cosaques
Des cosaques dans les rues de Sotchi, le 6 février 2014.

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Si loin si proche
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Archives d'Afrique
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Archives d'Afrique
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU Atelier des médias
  15. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Egypte Etats-Unis Frères musulmans Justice Mohamed Morsi

Egypte: ouverture d'une enquête pénale à l'encontre du président déchu Mohamed Morsi

media

Le bureau du procureur général a annoncé l’ouverture d’une enquête pénale contre l’ex-président d'Egypte Mohamed Morsi. Destitué le 3 juillet dernier, Morsi est aujourd’hui accusé d’espionnage, d’incitation à la violence et de destruction de l’économie. Le procureur, qui n’a pas révélé l’origine des plaintes, n’a encore prononcé aucune inculpation.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

L’annonce de l’ouverture d’une enquête est une réponse à la demande américaine de libération de l’ex-président égyptien. On indique de bonne source que l’interrogatoire de Mohamed Morsi, qui est détenu dans « une dépendance du ministère de la Défense », tenue secrète a commencé hier, samedi.

De nombreux révolutionnaires avaient publiquement accusé l’ex-président Frère musulman d’avoir « incité à la violence » contre ses opposants lors de ses derniers discours. D’autres accusations classées par l’ancien procureur général, un proche de Mohamed Morsi, sont elles aussi en voie d’activation. Des accusations similaires ont aussi été lancées contre les hauts responsables de la confrérie des Frères musulmans déjà frappés par des mandats d’arrêt.

Pour de nombreux observateurs, il s’agit d’un renvoi d’ascenseur par voie judiciaire. Mohamed Morsi et la confrérie des Frères musulmans avaient fait poursuivre des centaines d’opposants pour « injure au président » et « mépris de l’islam ». La plupart d’entre eux ont aujourd’hui été libérés par la justice.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.