GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Bahreïn, la contestation égyptienne fait des émules

    media Manifestation d'opposants au gouvernement à Bahreïn, le 5 juillet 2013. REUTERS/Hamad I Mohammed

    Le Bahreïn craint une contagion. Un mouvement baptisé « Tamarod » (rébellion), inspiré du mouvement égyptien du même nom responsable de la chute du président islamiste Mohamed Morsi, a appelé à organiser des manifestations le 14 août prochain dans ce petit royaume du Golfe. Objectif : renverser le régime en place. Le ministre de l’Intérieur a mis en garde la population contre toute participation à cette insurrection.

    Une population à majorité chiite, un pouvoir détenu par la dynastie sunnite des al-Khalifa. Le Bahreïn vit au rythme de la contestation depuis 2011, début du « printemps arabe ». Malgré une répression meurtrière des manifestants durant cette période, les chiites ne comptent pas baisser les bras : ils réclament une monarchie constitutionnelle.

    Toutefois leurs voix ne se font plus entendre à Manama. La capitale est verrouillée par les forces de l’ordre. Les manifestants doivent se contenter des rassemblements organisés dans les villages voisins.

    Mise en garde

    L’appel à manifester le 14 août prochain est donc lancé par le mouvement clandestin Tamarod mais aussi par des partis de l’opposition chiite. Cette date n’a pas été choisie par hasard : chaque année depuis 1971 les Bahreïniens fêtent le départ des Britanniques le 14 août.

    Le ministre de l’Intérieur ne compte pas laisser les contestataires gâcher cette fête. Tard samedi soir 13 juillet, il a adressé une sévère mise en garde : interdiction formelle de prendre part aux rassemblements le mois prochain. Dans le cas contraire toute désobéissance sera punie par la loi, selon le ministère.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.