GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Liban renforce les contrôles pour l’accueil des réfugiés syriens

    media Des réfugiés syriens installés dans la plaine de la Bekaa, au nord du Liban, le 27 décembre 2012. REUTERS/Mohamed Azakir

    Voisin de la Syrie, le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés depuis deux ans. Ils sont désormais 600 000 à avoir trouvé refuge dans ce pays de 4 millions d'habitants. Un afflux de plus en plus difficile à gérer pour les Libanais. Les autorités ont donc décidé de prendre des mesures plus strictes pour l'entrée des Syriens.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Plus de 600 000 réfugiés syriens sont inscrits auprès du Haut commissariat des Nations unies au Liban et autant vivent et travaillent dans le pays, soit le quart de la population. Selon les estimations, vers la fin de cette année 2013, ils pourraient même représenter près du tiers des résidents. Dans la région de Akkar, dans le nord du Liban, près de la moitié des habitants est constituée de Syriens.

    Depuis des semaines, Beyrouth tire la sonnette d’alarme. L’ambassadeur libanais à l’ONU, Nawaf Salam, l’a encore répété hier mardi 23 juillet : « Le Liban n’a plus les moyens de gérer le flux des réfugiés qui ne tarit pas, avec parfois 40 000 nouveaux venus par mois ». Il a appelé la communauté internationale à accroître son aide financière pour subvenir à leurs besoins.

    Le nombre élevé de réfugiés syriens provoque une forte tension dans certaines régions. Les Libanais leur reprochent une concurrence déloyale dans le domaine de l’emploi et les accusent d’être à l’origine de la hausse de la criminalité.

    Malgré cela, le Liban assure qu’il ne fermera pas ses frontières pour des raisons humanitaires, comme l’a réaffirmé l’ambassadeur à New York. Cependant, le gouvernement a décidé mardi de prendre des mesures plus strictes pour l’entrée des Syriens. L’objectif est de vérifier qu’il s’agit bien de réfugiés fuyant les zones de combat et non pas de travailleurs à la recherche d’un emploi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.