GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’opposition syrienne met un pied à l’ONU

    media Le chef de l'opposition syrienne, Ahmad Jarba, le 24 juillet 2013. REUTERS/Christian Hartmann

    Les dirigeants de la Coalition nationale syrienne ont rencontré pour la première fois ce vendredi 26 juillet les membres du Conseil de sécurité de l’ONU à New York. Une rencontre destinée à mettre sur les rails un dialogue entre l’opposition et le régime syrien. Mais les obstacles sont encore nombreux.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    La Russie avait prévenu : pas question de donner à cette rencontre entre le Conseil de sécurité et l’opposition syrienne un quelconque caractère officiel. C’est donc loin de la table du Conseil, dans une salle anonyme, qu’Ahmed Jarba et ses adjoints ont répondu aux questions des 15 membres.

    Les chefs de la Coalition nationale syrienne ont voulu présenter un front uni. Et surtout respectable, en insistant sur leur rejet des combattants jihadistes et leur vision d’une Syrie démocratique. Ils se sont même dits prêts à venir à Genève pour négocier avec le régime syrien.

    Burhan Ghalioun, l’un des dirigeants de l’opposition, demande au Conseil de sécurité une pression internationale plus forte sur Bachar el-Assad pour le pousser à négocier. « Il est évident qu’aujourd’hui, le régime n’est pas du tout sur la voie des négociations. C’est un régime qui essaie de gagner la guerre, qui continue d’utiliser toutes les armes », dénonce-t-il.

    Mais l’opposition pose aussi ses conditions : Bachar el-Assad doit partir et les représentants du régime ne doivent pas avoir de sang sur les mains. Interrogé pour savoir si cela laissait beaucoup de monde à qui parler, un membre de la Coalition a répondu : « Il y a encore peut-être quelques chauffeurs ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.