GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    • Iran: la Maison Blanche condamne l'utilisation de la force contre les manifestants
    Moyen-Orient

    Armes chimiques en Syrie: l'ONU pourra se rendre sur le terrain

    media Un combattant de l'Armée syrienne libre à Alep, le 30 juillet 2013. REUTERS/ Ammar Abdullah

    Un accord a été trouvé entre l’ONU et les autorités syriennes pour autoriser des inspecteurs des Nations unies à enquêter sur de possibles attaques chimiques. L’équipe d’inspecteurs, qui a été formée en mars dernier, va se rendre sur place « dès que possible », mais leur enquête sera limitée.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    A (ré)écouter sur RFI

    La mission d’enquête de l’ONU sur les armes chimiques négocie depuis des mois avec Damas, mais l’accord obtenu paraît encore bien maigre. Les inspecteurs de l’ONU sont autorisés à se rendre sur seulement trois sites. Un seul a été rendu public. Il s’agit de Khan Al-Assal, près d’Alep où les rebelles et le régime syrien s’accusent mutuellement d’une attaque chimique.

    Trois sites, c’est bien peu, quand on sait que l’ONU a été saisie de pas moins de treize incidents chimiques en Syrie. Le Suédois Ake Sellstrom et son équipe doivent se rendre sur place dans les tout prochains jours. Reste à savoir ce qu’ils pourront trouver.

    Au moment de sa nomination, Ake Sellstrom avait confié que les traces d’une attaque chimiques résistent rarement plus de trois mois. Or, l’attaque de Khan Al-Assal s’est déroulée il y a maintenant plus de quatre mois et les preuves seront sans doute très difficiles à trouver.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.