GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Egypte: ballet diplomatique au Caire pour tenter de désamorcer la situation

    media

    Un ballet diplomatique a eu lieu samedi en Egypte en vue de trouver un terrain d’entente entre les pro-Morsi dirigés par la Confrérie des Frères musulmans et le gouvernement intérimaire. William Burns, l’adjoint du secrétaire d’Etat américain, ainsi que Bernardino Leon, émissaire spécial de l’Union européenne, ont notamment rencontré les deux parties. La communauté internationale veut éviter que la dispersion de deux sit-in des pro-Morsi ne tourne à la confrontation sanglante.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    William Burns, l’adjoint du secrétaire d’Etat américain, ainsi que Bernardino Leon, émissaire spécial de l’Union européenne étaient en Egypte ce samedi. Objectif : tenter de trouver un terrain d'entente entre les Frères musulmans et le pouvoir mis en place par l'armée. On espérait que les bonnes relations entre les Etats Unis et les Frères musulmans du temps de la présidence de Mohamed Morsi pourraient débloquer la situation mais les Frères musulmans ont campé sur leurs positions. Comme préalable à toute discussion la Confrérie a réclamé la « libération de tous les détenus politiques » ce qui implique l’ex-président Morsi.

    Une réactivation de la constitution islamique

    Ils exigent aussi une réactivation de la constitution islamiste suspendue et surtout que le général Abdel Fattah el-Sissi, le chef des armées qui a destitué le président Morsi, soit écarté de toute solution. De son côté, le gouvernement intérimaire qui avait ordonné au ministre de l’Intérieur de disperser les deux sit-in des pro-Morsi au Caire a indiqué qu’il n’y avait pas « de volonté de recourir à la force tant que toutes les autres possibilités n’avaient pas été épuisées ».

    Cela n’empêche pas, entretemps, les forces de l’ordre de s’en prendre aux tentatives de créer de nouveaux sit-in au Caire ou à des manifestations, comme celle qui s’est déroulée devant la cité des médias.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.