GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 27 Mars
Jeudi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Egypte: appel à la conciliation du président par intérim Adly Mansour

    media Les partisans du président déchu Mohamed Morsi prient pour la fête de l'Aïd sur la place al-Adawiya au Caire, le 8 août 2013. REUTERS/Asmaa Waguih

    Pas de trêve en Egypte où chaque camp est bloqué sur ses positions. Les partisans et adversaires du président déchu Mohamed Morsi appellent chacun à manifester dans la soirée de ce jeudi. Mercredi, le gouvernement et l'armée avaient prévenus les Frères musulmans qu'ils disperseraient leur rassemblement au besoin par la force. Mais ce jeudi, le ton est plutôt à l'apaisement. Pour l'Aïd el Fitr, le président par intérim Adly Mansour a appelé les factions égyptiennes à dépasser leurs différends.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Dépasser les différences pour ne pas rater le train de l'avenir. Le président Mansour adressé ce message aux partisans de l'ancien président Morsi qui campent toujours sur deux places de la capitale. Il a aussi indiqué que le gouvernement avait tout fait pour éviter la violence mais en vain. Adly Mansour a également précisé que la réponse du gouvernement sera graduelle et calculée mais qu’il fera aussi preuve de fermeté.

    Un discours qui renvoie à après la fête du Fitr une éventuelle intervention des forces de l’ordre contre les rassemblements de Rabaa al Adawiya et de l’Université du Caire. Le gouvernement est soumis à la pression de ses propres partisans, de la gauche à la droite en passant par le mouvement Tamarrod qui exigent la dispersion des sit-in des Frères musulmans.

    Offre de dialogue du cheikh d'al-Azhar

    Les autorités hésitent toutefois à utiliser la manière forte par peur d’accrochages sanglants. La police est convaincue qu’une partie des manifestants Frères musulmans sont armés et qu’un échange de tirs pourrait faire un bilan très lourd. Parallèlement le cheikh d’al-Azhar, la plus haute autorité religieuse d’Egypte a lancé une initiative pour entamer le dialogue entre les pro et anti-Morsi à partir de lundi. La confrérie, qui a rejeté toutes les propositions de dialogue jusqu’à présent, n'a pas encore réagi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.