GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: raids aériens meurtriers sur des bastions rebelles

    media Combattant de l'Armée syrienne libre, le 9 août 2013. REUTERS/Nour Kelze

    Des raids aériens menés depuis vendredi 9 août par les forces armées syriennes sur des villes et provinces stratégiques tenues par des insurgés ont fait au moins 33 morts et de nombreux blessés. Ce samedi 10 août, la ville de Raqa, dans le nord du pays, a été la cible d’une attaque, après celles menées dans la province de Lattaquié, fief de la minorité alaouite, dans la nuit de vendredi à samedi. Russes et Américains appellent à réunir la conférence internationale sur la Syrie « dès que possible ».

    Ce samedi 10 août, l'armée syrienne a mené un raid aérien sur la ville de Raqa. Une attaque lors de laquelle un hélicoptère militaire a lancé plusieurs barils explosifs sur différents quartiers de la ville, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
    « Treize civils, dont six fillettes et un garçon âgés de 4 à 10 ans, ont péri » lors de cette attaque, selon l'OSDH.

    Raqa, qui se trouve à 400 kilomètres au nord-est de Damas, est la seule capitale provinciale aux mains des rebelles. La ville est notamment dominée par le groupe jihadiste de l'Etat islamiste en Irak et au Levant, affilié au réseau Al-Qaïda.

    La province de Lattaquié bombardée dans la nuit de vendredi à samedi

    Dans la nuit de vendredi à samedi, l'armée de Bachar al-Assad avait déjà bombardé la province de Lattaquié à l'ouest du pays, notamment la ville de Salma. Selon l'OSDH, au moins 20 personnes - dont 10 civils - ont été tuées lors de ces premières attaques.

    La province côtière de Lattaquié est un bastion de la minorité alaouite, une branche du chiisme à laquelle appartient le clan du président Bachar el-Assad. Ces derniers jours, les insurgés y avaient réussi à s'emparer de plusieurs villages alaouites. Une victoire symbolique, qui est - selon certains analystes et l'OSDH - le fruit d'une coopération entre des groupes rebelles locaux et des combattants jihadistes.

    Des renforts terrestres déployés

    Depuis, le régime réagit par la force : aux renforts terrestres qui ont été déployés dans la région ces derniers jours, le président Assad a rajouté dans la nuit de vendredi 9 au samedi 10 aout, des bombardements aériens.

    Le bilan des victimes risque de s'alourdir en raison du nombre important de blessés, dont certains sont dans un état critique, explique encore l'organisation des droits de l'homme. A l'exception de quelques poches rebelles, la majorité de la province de Lattaquié demeure toujours sous le contrôle de l'armée.

    Syrie: la conférence internationale revient à l'ordre du jour

    Plusieurs fois repoussée, la tentative d'organiser une nouvelle conférence internationale sur la Syrie, que l'on appelle « Genève 2 », revient à l'ordre du jour. Les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis et de la Russie veulent la convoquer dès que possible, c'est ce qu'ils ont dit après cinq heures de réunion, hier, vendredi 9 août à Washington.

    Malgré le récent coup de froid entre Washington et Moscou, marqué par l'annulation de la rencontre au sommet entre Barack Obama et Vladimir Poutine, la Russie et les Etats Unis semblent disposés à coopérer, pour tenter de trouver une solution en Syrie. Premier objectif, la conférence de paix « Genève 2 ». Sergueï Lavrov et John Kerry, les ministres des Affaires étrangères russe et américain se sont mis d'accord pour la convoquer « dès que possible ».

    Elle devait se tenir initialement au mois de mai 2013, mais a été plusieurs fois reportée. Lors d'une conférence de presse qui a suivi sa rencontre à Washington avec John Kerry, Sergueï Lavrov a dit que son homologue américain lui avait promis qu'il ferait en sorte de persuader l'opposition syrienne de se rendre à Genève sans aucune condition préalable. Il a informé par ailleurs que Damas a déjà accepté d'envoyer une délégation à Genève, également sans condition préalable.

    Mais, signe de divergences toujours palpables entre Moscou et Washington, un responsable de la diplomatie américaine a tenu à souligner que le vrai test n'est pas de voir si les autorités syriennes viendront à Genève, mais de savoir si elles sont prêtes à remettre les pleins pouvoirs exécutifs à un organisme gouvernemental de transition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.