GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les précautions d'Ankara après l’enlèvement de ses deux ressortissants au Liban

    media

    Les autorités libanaises disent fournir des « efforts exceptionnels » pour obtenir la libération de deux pilotes turcs, enlevés près de l'aéroport de Beyrouth, vendredi 9 août, afin qu'Ankara, qui soutient les rebelles syriens, contraigne ces derniers à relâcher neuf chiites libanais. Le rapt des pilotes a eu lieu dans une zone majoritairement chiite, contrôlée notamment par le puissant parti Hezbollah, un allié du régime syrien. La Turquie appelle ses ressortissants à quitter le Liban, et annonce aussi retirer une partie de ses troupes de la Finul, la mission de maintien de la paix des Nations unies dans le pays. Ankara et l'ONU excluent cependant tout lien entre cette décision et l'enlèvement des deux pilotes.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Après l’enlèvement de deux pilotes turcs de la Turkish Airlines sur la route de l’aéroport de Beyrouth, c’est le sauve-qui-peut. Les condamnations de cet acte par les autorités libanaises et les assurances fournies à la Turquie n’ont pas suffi. Ankara a décidé de retirer début septembre son contingent de 250 hommes déployés au Sud-Liban au sein de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). Seules les unités opérant dans le cadre de la force navale internationale seront maintenues.

    Et même si la Finul affirme que ce retrait a été décidé avant l’enlèvement des deux pilotes, à Beyrouth personne n’est dupe, surtout qu’Ankara avait appelé ses ressortissants à quitter le Liban quelques heures seulement après le rapt. Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a invité ses citoyens à éviter tout voyage au Liban et à conseiller à ceux qui s’y trouvent encore à rentrer dans leur pays. L’ambassadeur de Turquie, Inan Ozyildiz, a interrompu son congé pour suivre cette affaire à partir de Beyrouth.

    Protéger les Turcs

    Le ministre libanais de l’Intérieur Marwan Charbel lui a assuré que le Liban ferait tout son possible pour obtenir la libération des deux pilotes et prendra les mesures nécessaires pour protéger les Turcs. Mais il est déjà trop tard. Les rares touristes encore sur place ont commencé à faire leurs valises.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.