GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Istanbul, les opposants à Bachar el-Assad présentent leur vision d'une Syrie pacifiée

    media

    Ce mercredi 14 août, à Istanbul en Turquie, 300 opposants syriens présentent leur vision pour la Syrie de demain. Un programme de transition de 200 pages qui jette les bases d'un nouvel Etat démocratique qui rend justice à toutes les victimes de la guerre. RFI a pu joindre l'un des auteurs de ce plan de paix qui doit entrer en vigueur après la chute du régime sanglant de Bachar al Assad et qui sera débattu aujourd'hui en présence du chef de l'opposition Ahmad Jarba.

    Même les membres de l'opposition armée devront rendre des comptes et leur procès se déroulera conformément aux critères internationaux.
    Extrait du plan de transition

    La Syrie pacifiée dont les auteurs de ce plan de transition rêvent passe par le retour de tous les combattants dans la vie civile. Pour Osama Edward Mousa, membre de la Coalition nationale de l'opposition et directeur du réseau assyrien pour les droits de l'homme, « tous les groupes armés seront désarmés et réintégrés à la société syrienne. Des programmes de réintégration les aideront à reprendre une vie normale. Certains étaient même d'ailleurs des fonctionnaires d'Etat. »

    Tous ceux qui ont commis des crimes contre l'humanité - que ce soit des membres de l'armée officielle ou les rebelles - doivent être jugés, selon ce plan, pour permettre une réconciliation nationale. Le nouveau système politique, à la fois parlementaire et présidentiel serait basé sur la Constitution de 1950. Mais quelle place accorder aux islamistes radicaux qui jouent un rôle important sur le terrain et dans la lutte contre le régime ?

    Osama Edward Mousa est catégorique : « Bien sûr, nous les exclurons ! Ils n'auront pas leur place dans la future Syrie. Aucun jihadiste ne sera autorisé à participer à ce processus, car ils n'acceptent pas la démocratie, le pluralisme. Alors, comment pourraient-ils en faire partie ? »

    Entre la vision démocratique de l'opposition libérale et celle d'une gouvernance islamique voulue par les jihadistes, la réconciliation semble impossible.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.