GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: le régime de Damas dément l'utilisation d'armes chimiques et accuse les rebelles

    media Des produits chimiques et des masques à gaz photographiés dans un entrepôt dans le quartier de Jobar, le 24 août 2013. REUTERS/Khaled al-Hariri

    Le gouvernement syrien a lancé une contre-offensive diplomatique pour démentir l'utilisation d'armes chimiques par son armée et a rejeté les accusations sur les rebelles. Les médias officiels syriens ont annoncé que des soldats de l'armée ont développé hier, samedi 24 août, des symptômes d'exposition à des gaz toxiques et la télévision étatique a montré des images de supposés produits chimiques saisis dans une base rebelle près de Damas.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mouallem a informé son homologue iranien que la Syrie possédait des preuves solides de l'utilisation de gaz toxiques par les rebelles. Lors d'un entretien téléphonique avec Mohammad Javad Zarif , le chef de la diplomatie syrienne a assuré que son pays était prêt à fournir toute l'aide nécessaire aux inspecteurs de l'ONU afin qu'ils mènent leur enquête.

    Le ministre syrien de l'Information a pour sa part réaffirmé que l'armée syrienne n'a « jamais utilisé d'armes chimiques, sous quelque forme que ce soit, liquide ou gaz », lors d'un entretien à la télévision panarabe al-Mayadine. Omrane al-Zohbi a en revanche accusé certains pays arabes et occidentaux d'avoir fourni aux rebelles des agents chimiques. 

    Des soldats du régimes victimes de gaz innervants

    Ces accusations coïncident avec l'arrivée à Damas hier, samedi, de la haute représentante de l'ONU pour le désarmement Angela Kane pour négocier les modalités d'une enquête internationale.

    Le régime syrien avait accusé les rebelles d'avoir utilisé des armes chimiques lors de combats dans la périphérie de Damas, samedi. La télévision publique syrienne a annoncé que des soldats qui se battaient dans le quartier de Jobar au nord-est de la capitale, avaient développé des symptômes d'exposition à des gaz innervants, précisant que certains étaient dans un état critique. La télévision a montré les images de supposés barils de produits chimiques avec l'inscription « Fabriqué en Arabie Saoudite », ainsi qu'un grand nombre de masques à gaz. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.