GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Attaque chimique en Syrie: la Ligue arabe dénonce la «pleine responsabilité» de Damas

    media

    Pour la Ligue arabe, dont les représentants permanents se sont réunis ce mardi 27 août au Caire, l'attaque survenue près de Damas le 21 août dernier est un «crime horrible mené avec des armes chimiques internationalement interdites». Selon la Ligue, le régime syrien en porte l'entière responsabilité et les auteurs, qualifiés de «criminels de guerre», doivent être traduits devant la justice internationale. L'organisation panarabe, dont la Syrie est suspendue depuis 2011, appelle le Conseil de sécurité de l'ONU à s'unir pour mettre fin un «génocide mené par le régime syrien depuis plus de deux ans». L'Algérie et l'Irak se sont abstenus. Le Liban a voté contre cette déclaration.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    L’Arabie saoudite a pesé de tout son poids pour faire adopter le communiqué de la Ligue arabe. Ses pressions ont notamment porté leurs fruits en ce qui concerne l’Egypte. Le Caire est en effet redevable à Riyad pour une aide d’urgence de 5 milliards de dollars et un soutien diplomatique au gouvernement intérimaire face aux pressions des Etats-Unis et de l’Europe.

    Le Caire a donc mis en sourdine son opposition à toute solution militaire en Syrie. À noter : les réserves de certains pays arabes, comme l’Algérie et l’Irak, qui restent minoritaires face à une Ligue qui a pris le parti des révolutionnaires syriens et privé Damas de sa représentation au sein de l’organisation panarabe.

    La Ligue arabe tient donc le régime de Bachar el-Assad comme « pleinement responsable de l’attaque chimique », qualifiée de crime odieux dont les auteurs doivent être traduits devant la justice internationale. Toutefois, l'organisation souhaite une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU avant toute action drastique contre la Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.