GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le pape François inquiet d'éventuelles frappes contre la Syrie

    media Le pape François a reçu le roi jordanien Abdallah II et sa femme, la reine Rania, lors d'un entretien privé au vatican, ce 29 août 2013. REUTERS/Maurizio Brambatti/Pool

    « La voie de la négociation et du dialogue est l'unique option », a déclaré le pape François, qui recevait ce jeudi 29 août le roi Abdallah II de Jordanie, pour une réunion organisée dans l'urgence au Vatican sur la situation en Syrie. D'autres autorités religieuses chrétiennes d'orient craignent également les répercussions de telles frappes.

    Avec notre correspondant à Rome, Antoine-Marie Izoard

    Dimanche dernier, pour la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, le pape François avait invité la communauté internationale à réagir au conflit syrien en faisant la promotion de la rencontre et du dialogue, précisant alors que l’affrontement n’offrait aucune perspective d’espérance pour résoudre les problèmes.

    A l’occasion de la visite au Vatican du roi de Jordanie, le Saint-Siège a été plus clair encore : dans un communiqué publié après l’entretien entre le pape François et le roi Abdallah II, le Vatican a ainsi assuré que le « dialogue » et la « négociation », avec « l’appui de la communauté internationale », étaient « l’unique option » pour mettre fin au conflit en Syrie.

    La crainte d'un nouvel Irak

    Ces derniers jours, des voix d’Eglise se multiplient pour mettre en garde contre une intervention militaire occidentale. Un évêque jordanien craint ainsi que le scénario de l’Irak se répète, avec le risque que les civils soient victimes des attaques. Il assure craindre « le pire », évoquant la réaction « imprévisible » de la Syrie, du Hezbollah, de l’Iran ou d’Israël.

    Le patriarche gréco-melkite Grégoire III assure que « l’attaque planifiée par les Etats-Unis est un acte criminel ». Une attaque, prévient cet évêque d’Orient, qui ferait s’écrouler la confiance du monde arabe envers le monde occidental.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.