GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le gouvernement équatorien et le mouvement indigène ont trouvé ce dimanche 13 octobre un accord pour sortir de la crise sociale qui paralyse le pays depuis 12 jours, grâce au retrait du décret polémique supprimant les subventions au carburant. Les deux parties se sont mises d'accord sur la préparation d'«un nouveau décret qui annule le décret 883» sur l'essence, et «avec cet accord la mobilisation se termine», a annoncé Arnaud Peral, représentant en Équateur de l'ONU, qui a facilité avec l'Eglise catholique la tenue d'un dialogue.

    Moyen-Orient

    Egypte: vers un retour des Frères musulmans dans l'arène politique

    media Hazem el-Beblaoui, Premier ministre par intérim. Reuters

    L'Egypte ne devrait pas interdire les Frères musulmans ou les exclure du processus politique, a déclaré le Premier ministre par intérim, Hazem el-Beblaoui dans une interview publiée par l’agence officielle. El-Beblaoui avait prôné, le 17 août, une dissolution de la confrérie islamiste dont est issu le président destitué Mohamed Morsi.

    De notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    La valse-hésitation du Premier ministre intervient à un moment où la presse égyptienne indique que des négociations sont en cours, via des médiateurs islamistes, entre le gouvernement et la confrérie des Frères musulmans.

    Le gouvernement aurait proposé l’arrêt des poursuites policières et la libération des Frères musulmans n’ayant pas de sang sur les mains en contrepartie de la reconnaissance de la feuille de route. Cette dernière prévoit un amendement de la Constitution et des élections parlementaires et présidentielles.

    Les Frères musulmans auraient réclamé la non dissolution de la confrérie, la levée du gel de ses avoirs, en contrepartie de leur acceptation de l’exercice de l’activité politique via le Parti de la liberté et de la justice, et par le biais de leur ONG.

    La confrérie toujours menacée

    Alors que les négociations sont encore en cours, le Conseil d’administration de l’Union générale des ONG a recommandé l’exclusion de l’organisation des Frères musulmans par le ministère des Affaires sociales. La confrérie, qui n’est ni parti politique ni ONG par essence, reste aussi menacée par plusieurs actions en justice réclamant qu’elle soit déclarée « illégale ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.