GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Barack Obama n'a pas encore pris de décision sur la Syrie

    media Le président américain Barack Obama n'a pas décidé d'intervenir ou non en Syrie. REUTERS/Kevin Lamarque

    Dans une interview à la télévision publique, Barack Obama a déclaré qu’il n’avait pas encore pris de décision concernant la Syrie, mais il a affirmé que son administration avait conclu que le régime de Bachar el-Assad avait utilisé des armes chimiques.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Le président Obama  a dit avoir reçu différentes options de l’armée et avoir eu des conversations approfondies avec son équipe de sécurité nationale, mais il n’a pas encore pris la décision d’intervenir militairement.

    Tout comme le vice-président Joe Biden, il est maintenant convaincu que le régime Assad s’est livré à des attaques chimiques. « Si tel est le cas, a-t-il ajouté, il doit y avoir des répercussions internationales ». Il a écarté la possibilité que les gaz aient été utilisés par les rebelles, comme l’affirme Damas, car, selon Barack Obama, ils ne disposent pas des moyens de les disperser.

    Tout en poursuivant ses consultations avec les alliés des Etats-Unis, Barack Obama a précisé qu’il ne souhaite pas un conflit de longue durée en Syrie, mais il a ajouté : « Nous devons nous assurer que lorsque des pays ne respectent pas les normes internationales en matière d’armes telles que les armes chimiques qui nous menacent tous, ils doivent rendre des comptes. Nous ne pouvons pas laisser les armes chimiques tomber entre les mains de n’importe qui ».

    Même s’il a répété à plusieurs reprises qu'il n'avait pas encore décidé de lancer une opération punitive, ses propos semblent indiquer clairement que telle est bien son intention. La seule question restante est : quand ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.