GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les compagnies chinoises suspendent leurs projets en Syrie

    media Un agent de la Sinopec fait le plein d'essence à la station de Ghanzi, dans la province de Shanxi (photo mars 2010). xclusive WEATHERFORD-SINOPEC/ REUTERS/Stringer/Files

    Parmi les alliés de Damas, la Chine a demandé à ses entreprises de se retirer provisoirement de Syrie. Selon l’ambassade de Chine en Syrie, il ne resterait aujourd’hui que deux compagnies chinoises présentes sur le sol syrien.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    La Chine ne veut pas se retrouver avec un scénario libyen en Syrie. L’évacuation de 36 000 Chinois travaillant en Libye au printemps 2011 est restée dans toutes les mémoires. « Les évènements actuels en Syrie ont des conséquences sur [notre] coopération économique. La Chine n’encourage pas ses entreprises à se rendre en Syrie », a ainsi déclaré jeudi 29 août Zhong Maning, patronne du département Asie de l'Ouest et des Affaires africaines au ministère chinois des Affaires étrangères.

    Selon Fang Min, le responsable de la section consulaire de l’ambassade de Chine à Damas, il resterait aujourd’hui 46 ressortissants chinois en Syrie, dont les diplomates et les journalistes, et deux entreprises chinoises dans le domaine des télécommunications maintiennent encore quelques employés sur place. Toutes les autres ont quitté le pays. A commencer par la China National Petroleum Corporation (Sinopec) présente depuis 2002 et qui détenait jusqu’à 35 % de participation dans le pétrolier Syria Shell en 2010.

    Même chose pour la China Petrochemical Corporation, pour la compagnie nationale du BTP Zhong Cai, ou encore pour une entreprise d’exportation de machines-outils de la province chinoise du Sichuan.

    Mais la comparaison s’arrête là, car pour la Chine, en termes énergétiques et économiques, la Syrie n’est pas la Libye. « Les échanges commerciaux […] ne sont pas très importants, même si la situation continue de se dégrader il n’y aura pas de conséquence sur l’approvisionnement en pétrole de la Chine », a fait savoir Zhong Maning.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.