GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington demande à ses citoyens de ne plus se rendre en Bolivie
    • Bolivie: le bilan des violences post-électorales revu à sept morts (parquet général)
    Moyen-Orient

    Barack Obama prépare les Américains à une intervention en Syrie

    media Barack Obama prépare les Américains à une intervention en Syrie. REUTERS/Larry Downing

    Barack Obama s'est à nouveau exprimé le 30 août à propos de la situation en Syrie. Face à l'accumulation de preuves de la responsabilité de Damas dans l'attaque chimique du 21 août, les Etats-Unis ont le devoir d'agir, a-t-il dit. L'action armée envisagée serait toutefois « limitée », a-t-il ajouté. Il n'y aura pas de troupes au sol. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a lui aussi justifié la position américaine en présentant les conclusions des agences de renseignements américaines sur l'attaque d'il y a dix jours.
     

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Si le président Obama a déclaré ne pas avoir encore pris de décision, il n’en a pas moins évoqué une « action limitée » dont il examine avec son équipe la forme qu’elle pourrait prendre : pas question d’une longue campagne ni d’envoi de soldats au sol.

    Mais il ne fait plus aucun doute qu’il y aura une réponse des Etats-Unis aux attaques chimiques du régime Assad car de telles armes représentent, selon Barack Obama, un défi au monde entier et un danger non seulement pour la sécurité américaine, mais aussi pour les alliés dans la région comme Israël, la Turquie et la Jordanie.

    Le président américain a avancé l’argument moral pour justifier une intervention : le refus d’accepter un monde dans lequel des femmes, des enfants et des civils innocents sont gazés.

    Auparavant, John Kerry était venu expliquer aux Américains que l’administration avait maintenant la quasi certitude que des armes chimiques avaient été utilisées par la Syrie : il a énuméré un longue liste de preuves recueillies par le renseignement américain, preuves revues avec soin afin d’éviter l’erreur de l’intervention en Irak.

    Le secrétaire d'Etat américain a précisé que l’attaque du 21 août avait fait 1 429 morts dont 426 enfants, et les télévisions ont montré la vidéo d’une nouvelle attaque qui aurait eu lieu lundi et qui montre des enfants dans une école hurlant de douleur après avoir été gazés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.