GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Projet d'intervention en Syrie: l'opposition veut un vote du Parlement français

    media François Hollande et Ahmad al-Jarba, président de la Coalition nationale syrienne ce 29 août à l'Elysée. La pression monte autour du président français. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

    Après l'annonce d'une consultation du Congrès américain avant toute intervention en Syrie, l'opposition française met la pression sur François Hollande pour qu'il accepte lui aussi l'organisation d'un vote du Parlement. Du coup, pour tenter de calmer les esprits, Jean-Marc Ayrault a annoncé qu'il rencontrerait les présidents des Assemblées et des groupes parlementaires dès lundi à Matignon pour faire le point avec eux.

    Les socialistes n'ont eu de cesse à chaque intervention militaire que de réclamer ce vote.
    François Fillon, dans le «Journal du Dimanche»

    L'intervention militaire en Syrie semblait imminente. Mais, finalement, Barack Obama a renoncé à bouger avant d'avoir consulté le Congrès, le 9 septembre 2013. Une décision qui a renforcé en France la demande d'un vote du Parlement, un scrutin qui n'est pour le moment pas prévu. Les élus doivent être informés lors d'un débat le 4 septembre au cours duquel Jean-Marc Ayrault doit intervenir. Mais c'est tout. François Hollande, qui a réaffirmé à plusieurs reprises sa détermination « à punir » le régime syrien soupçonné d'avoir utilisé des armes chimiques, n'est pas tenu à ce stade de consulter formellement le Parlement.

    Pression sur le président

    Plusieurs voix se sont donc élevées dans l'opposition pour faire pression sur le président de la République. Le centriste Jean-Louis Borloo, l'ancien Premier ministre François Fillon, ou encore le président du Mouvement démocrate, François Bayrou, ont demandé un vote. Tout comme le député André Chassaigne pour le Front de gauche. Même la socialiste Patricia Adam, présidente de la commission de Défense de l'Assemblée nationale, a déclaré y être favorable.

    Calmer les esprits

    L'hypothèse de la participation de la France à une intervention militaire en Syrie ne fait pas l'unanimité en France. Jean-Marc Ayrault a, du coup, annoncé qu'il rencontrerait les présidents des Assemblées et des groupes parlementaires dès lundi à Matignon pour faire le point avec eux. Certainement pour calmer les esprits.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.