GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chine et les îles Salomon établissent des relations diplomatiques
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Moyen-Orient

    Les réactions de la presse chinoise autour des tergiversations américaines sur la Syrie

    media La presse chinoise est très remontée contre toute intervention en Syrie. (Photo : AFP / Frederic J. BROWN)

    Et, parmi les alliés de Damas, la réaction de Pékin via la presse officielle chinoise ce matin était très attendue. Une presse très remontée contre toute intervention en Syrie.

    Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

    Obama cligne de l’œil, c’est l’image que retient le Global Times dans sa version chinoise ce matin, autrement dit, le président américain est incapable de se fixer une ligne claire sur la Syrie. « Obama a peur de lancer les frappes aériennes contre Damas », titre ainsi le quotidien nationaliste qui estime que ce recul « n’est pas une coïncidence ». Mais qu’il montre au contraire que « la superpuissance (américaine) est en perte de pouvoir, le reste du monde ayant réalisé que la guerre ne saurait résoudre (à elle seule) les problèmes du Moyen-Orient ».

    « Prétexte »

    Cet avis est évidement partagé par le Quotidien du Peuple qui a convoqué les experts pour enfoncer le clou. L’un d’entre eux (Ye Hailin), professeur à l’académie des sciences sociales, voit comme un « prétexte » l’argument des armes chimiques utilisées par le régime de Bachar el-Assad. « Les américains affirment avoir les preuves que 1 429 civils ont été tués par des armes chimiques, dans ce cas où sont les corps ? », demande encore cet expert, interrogé par le journal.

    Enfin, sur le web, une photo du président américain dans son bureau ovale circule sur les réseaux sociaux depuis hier soir. Le président est au téléphone, son autre main semble mimer un revolver. « Syrie : Obama a le doigt sur la gâchette » commentent les internautes...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.