GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    À la sortie du G20 de Saint-Pétersbourg, l'impasse sur la Syrie

    media Barack Obama lors du discours d'ouverture du G20 à Saint-Pétersbourg, par Vladimir Poutine, le 5 septembre 2013. REUTERS/Pablo Martinez Monsivais/Pool

    Le G20 s'est achevé ce vendredi 6 septembre à Saint-Pétersbourg. Lors de ce sommet, il aura été bien plus question de la Syrie que de l'économie mondiale. Aucune avancée néanmoins sur le plan diplomatique. Les deux camps, celui des partisans d'une intervention militaire contre Damas, et celui des opposants, ont cherché jusqu'à la dernière minute à se rallier le soutien d'un maximum de pays.

    Avec notre envoyée spéciale à Saint-Pétersbourg, Anastasia Becchio

    Vladimir Poutine est persuadé que le camp des anti-guerre, dont il a pris la tête, est plus fourni. Le président russe a fait ses comptes : les Etats-Unis, la Turquie, le Canada, l’Arabie saoudite, la France sont résolument pour des frappes militaires en Syrie. A l’inverse, la Russie, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, l’Argentine, le Brésil, l’Afrique du Sud sont contre, a expliqué l’hôte du G20.

    Vladimir Poutine souligne que même dans les pays où les dirigeants se prononçent en faveur d'une opération militaire, l’opinion publique y est opposée. Il précise qu'il continuera à fournir de l'aide, et notamment des armes au régime syrien, en cas d'attaque américaine.

    De son côté, Barack Obama a cherché à convaincre de la nécessité de mener une opération contre le régime de Bachar el-Assad. Tout au long de ces deux journées de travail, la communauté internationale est apparue divisée sur cette question.

    Une division gravée dans ce communiqué diffusé par la Maison Blanche en toute fin de sommet, dans lequel onze pays du G20 appellent à une réponse internationale forte à l'usage d'armes chimiques en Syrie, assurant que la responsabilité du régime de Bachar el-Assad était « clairement » établie dans l'attaque du 21 août.

    Le texte ne fait toutefois pas mention d'une opération militaire et il n'a pas été signé par l'Allemagne.


    François Hollande

    Président de la République française

    06/09/2013 - par Dominique Baillard Écouter

    En marge du G20, le président français a affirmé ce vendredi 6 septembre qu'il ne lancerait pas de frappe sur la Syrie tant que les experts de l'ONU n'auront pas rendu leur rapport sur l'utilisation possible d'armes chimiques à Damas le 21 août dernier.

    « Ca peut être aussi un élément d'appréciation pour élargir la coalition qui devra se former », explique François Hollande.

    Il ajoute que l'armée française ne visera que des cibles militaires pour éviter les victimes civiles. « Nous allons attendre le vote du Congrès », précise enfin le président français. Les parlementaires américains doivent en effet débattre à partir du 9 septembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.