GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: le rapport de l'ONU confirme un bombardement au gaz sarin

    media

    Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a présenté ce lundi 16 septembre au Conseil de sécurité les conclusions du rapport des experts des Nations unies qui ont enquêté sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, le 21 août dernier, près de Damas. Sans surprise, le rapport fait état de preuves « flagrantes » de l'utilisation de gaz sarin, sans toutefois désigner les responsables de cette attaque. Ban Ki-moon a dénoncé un « crime de guerre ».

    Les inspecteurs onusiens sont formels, l'attaque du 21 août a bien été perpétrée à l'aide de roquettes sol-sol contenant du gaz sarin. Les preuves recueillies il y a près d'un mois sont « flagrantes et convaincantes ».

    Le document souligne que les armes chimiques ont été utilisées à relativement grande échelle contre des civils, y compris des enfants, ce qui constitue pour le chef de l'ONU un « crime de guerre » pour lequel les responsables devront « rendre des comptes ».

    Aucun doute sur l'origine de l'attaque

    Washington et Paris imputent ce massacre au régime de Bachar el-Assad, et pour le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, le document onusien ne laisse aucun doute sur l'origine de l'attaque chimique, menée selon lui par Damas. Même son de cloche en Grande-Bretagne où le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a salué « un rapport objectif et sans équivoque qui confirme que des armes chimiques ont été utilisées sur une grande échelle, ajoutant que d'après la profusion de détails techniques figurant dans le rapport, il est extrêmement clair que le régime syrien est le seul à avoir pu en être responsable ».

    Pourtant, aucun élément dans le rapport ne permet de l'attester. Les experts ne désignant directement aucun responsable, car leur mandat ne le prévoit pas. Mais selon certains diplomates de l'ONU, une analyse des détails du document permettra d'identifier ceux qui sont derrière cette attaque.

    Une attaque qui n'est pas isolée, à en croire la commission d'enquête de l'ONU à Genève qui a annoncé des investigations sur 14 autres attaques chimiques qui auraient été commises depuis septembre 2011.

    À consulter:

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.