GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Iran: libération de l'avocate des droits de l'homme Nasrin Sotoudeh

    media Nasrin Sotoudeh, avocate et militante des droits de l'homme, radieuse, retrouve le chemin de la liberté,Téhéran, le 18 septembre 2013. AFP PHOTO/BEHROUZ MEHRI

    L’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, emprisonnée pour son action en faveur des droits de l’homme, a été libérée le 18 septembre avec d’autres opposants politiques. Le président Hassan Rohani, élu en juin dernier, tient ainsi une de ses promesses de campagne. Cette libération intervient aussi, une semaine avant un discours très attendu du chef de l'Etat iranien devant l’ONU.

    Nasrin Sotoudeh a été graciée et définitivement libérée. Elle a été déposée devant chez elle mercredi soir par des responsables de la prison d’Evin où elle était purgeait une peine de six ans d’emprisonnement.

    « Merci pour votre accueil et vos messages de félicitations mais nous attendons surtout la libération des autres prisonniers. Les véritables félicitations seront pour le jour où tout le monde sera libre », a déclaré Nasrin Sotoudeh après sa libération.

    Nasrin Sotoudeh

    Avocate et militante des droits de l'homme

    19/09/2013 - par RFI
    Mostafa Khalaji
    Écouter

    « Je suis avocate et je ne vois rien qui m’empêche légalement de travailler. Je resterai en Iran, certainement, et je continuerai à exercer mon métier d’avocate », a-t-elle ajouté.

    La célèbre avocate des droits de l'homme avait été arrêtée en septembre 2010 pour atteinte à la sûreté nationale et propagande contre le régime. Le gouvernement lui reprochait d'avoir défendu de nombreux militants et personnalités politiques engagés dans le mouvement de protestation qui avait suivi en 2009 l’élection contestée de l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad.

    Condamnée dans un premier temps à 11 ans de prison et 20 ans d’interdiction d’exercice de son métier, elle avait vu sa peine réduite en appel.

    Pendant sa détention, elle avait fait plusieurs grèves de la faim notamment pour protester contre des restrictions de liberté imposée à sa famille. L’Union européenne lui avait décerné en octobre 2012 le prix Sakharov pour la liberté de pensée.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.