GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Armes chimiques en Syrie: la «colère» de combattants de l’armée syrienne libre

    media

    Les inspecteurs de l’ONU devraient terminer, ce mardi 1er octobre, leur enquête sur les sites où des armes chimiques auraient été utilisées en Syrie. Une nouvelle enquête menée après l’adoption à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies d’une résolution encadrant la destruction de l'arsenal chimique syrien du régime de Bachar el-Assad, samedi 28 septembre. Reportage en Jordanie, où des combattants rebelles soignés dans les cliniques de fortunes disent leur amertume et leur colère.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Ferrat

    C’est une de ces cliniques ou «maisons de convalescence privées pour combattants rebelles». Ils sont deux ou trois par chambre. L’un d’entre eux essaie de réapprendre à marcher. Un éclat d’obus a touché sa colonne vertébrale. L’autre, qui se tord de douleur par moment, tient cependant à parler.

    Ils vont repartir au combat. «Bientôt», disent-ils. Pour eux, cette résolution de l’ONU est «juste un moyen de sauver la face pour la communauté internationale. Ils nous laissent nous battre seuls», affirment-ils.

    « Nous ne voulons pas de la destruction du stock d'armes chimiques »

    «On espérait une intervention militaire comme ce qui s’est passé en Irak. Aujourd’hui ce qui se passe au conseil de sécurité de l’ONU est un jeu et c’est un jeu qui se fait contre les rebelles», juge Sari, chef d’une katiba à Deraa. «Quant aux armes chimiques, nous n’avons jamais demandé leur destruction. C’est l’idée de l’Occident, pour protéger Israël. »

    A (re)lire: Syrie: le Conseil de sécurité adopte une résolution sur les armes chimiques

    Ibrahim appartient à une autre katiba, nommée Shahid Horan - les martyrs de la région de Horan. Lui aussi dit sa colère. «Ils font ça en notre nom. Mais de qui se moque-t-on ? Bien sûr que je suis en colère. Nous n’avons jamais demandé la destruction des armes chimiques, nous nous battons pour la démocratie, pour la liberté. Nous ne voulons pas de la destruction du stock d’armes chimiques, car ce sont nos armes chimiques, et nous pourrons les utiliser un jour.»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.