GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Les journalistes français Nicolas Hénin et Pierre Torres otages en Syrie

    media

    La France compte deux autres otages en Syrie. Il s'agit des reporters français Nicolas Hénin et Pierre Torres. L'annonce a été faite hier, mercredi 9 octobre, dans des communiqués du ministère des Affaires étrangères et des familles des disparus. Ces enlèvements portent à quatre le nombre de Français retenus captifs en Syrie.

    Ils n'avaient plus donné de nouvelles depuis juin dernier. Mercredi, le Quai d'Orsay ainsi que leurs familles ont officialisé l'enlèvement des deux reporters français, le journaliste Nicolas Hénin, 37 ans, et le photographe Pierre Torres, 29 ans. Le ministère précise que leur disparition remonte au 22 juin dernier.

    Une preuve de vie

    Pierre-Yves Hénin, père de Nicolas Les circonstances de l'enlèvement 10/10/2013 - par Sami Boukhelifa Écouter

    « Nous savons seulement que Nicolas et Pierre sont en vie », ont indiqué dans un communiqué, diffusé en même temps que celui du Quai d'Orsay, les familles et les proches des deux journalistes, qui ont fait état d'une « preuve de vie » qui leur a été communiquée par les autorités françaises en août. « Rien n'a été indiqué de leur lieu et conditions de détention », ont ajouté ces familles et ces proches.

    Selon eux, les deux journalistes ont été enlevés dans la ville de Raqqa, dans le nord de la Syrie où « divers groupes armés se disputent le contrôle » de la localité. Mais « il n'y a pas de revendication connue à ce jour », précisent-ils. Un prêtre italien a également fait l'objet d'un rapt dans cette même zone.

    Pierre-Yves Hénin Le choix de garder le silence 10/10/2013 - par Sami Boukhelifa Écouter

    Nicolas Hénin effectuait son cinquième séjour en Syrie, pays en guerre particulièrement risqué pour les journalistes. Il travaillait à un reportage pour le magazine Le Point ainsi que pour la chaîne de télévision Arte. Il couvre le Moyen-Orient et une partie du continent africain pour de nombreux médias occidentaux. Pierre Torres avait couvert la révolution libyenne, et s'était rendu en Syrie pour la seconde fois afin de couvrir des élections organisées par la ville de Raqqa.

    L'information gardée secrète

    Les familles des deux otages avaient souhaité que l'information sur leur enlèvement soit tenue secrète. « Nous avions évoqué cette éventualité. Et Nicolas nous avait bien dit qu'il considérait que garder le silence, c'était la meilleure solution à adopter dans ces circonstances, a expliqué le père de Nicolas, Pierre-Yves Hénin à RFI. 

    On espère qu'une bride de ce qu'on dit leur arrive, qu'ils ne se sentent pas seuls et abandonnés là où sont. Quand on est en otage, c'est une lumière là où il n'y en a plus
    Florence Aubenas Journaliste, co-présidente du comité de soutien aux otages en Syrie 10/10/2013 - par Daniel Vallot Écouter

    Mercredi matin, le père de Nicolas Hénin s’est adressé à son fils : « Tes enfants et leur maman se portent bien. Nous pensons beaucoup à toi, tes amis, ta famille, tout le monde en France. Fais le maximum pour que tu puisses bientôt nous retrouver ».

    Dans ces situations délicates, la disparition n'est pas rendue publique dans l'immédiat, pour des raisons de sécurité des otages. Désormais, ce sont officiellement quatre journalistes français qui sont retenus captifs en Syrie depuis juin, après Didier François et Edouard Elias, enlevés peu avant, le 6 juin.


    ■ En Syrie, pour les journalistes, le danger est partout

    Une quinzaine de journalistes étrangers sont portés disparus ou ont été enlevés en Syrie. Il devient désormais très compliqué pour la presse internationale de travailler dans ce pays en guerre depuis presque trois ans. Pour les journalistes le danger est partout.

    D’abord, très peu de visas presse sont délivrés. Pour effectuer leur travail, les journalistes entrent souvent illégalement sur le territoire syrien. Bachar el-Assad a évoqué leur sort : s’ils sont arrêtés ils doivent être jugés puis emprisonnés. Le risque pour eux ? Passer plusieurs années dans les geôles du régime.

    Ensuite, il y a les différents groupes rebelles. Jusque là, ils ont toléré la présence des journalistes étrangers, puis ont soudainement décidé de changer de stratégie. Désormais, certains se sont lancés dans le rapt de reporters. Dans le meilleur des cas, ces journalistes sont libérés contre le versement d’une rançon. Dans le pire, surtout si les preneurs d’otages sont affiliés à des groupes jihadistes ou à al-Qaïda, les journalistes peuvent être exécutés.

    Et enfin, il y a les crimes crapuleux. La guerre a eu des conséquences désastreuses sur l’économie. Sans ressources, certains en Syrie se sont lancés dans le business du kidnapping. Les journalistes sont enlevés par des bandes de malfrats puis revendus comme l’a été le journaliste italien Domenico Quirico. Ils sont alors considérés comme de simples marchandises attribuées au plus offrant.

    Aujourd'hui, quinze journalistes étrangers sont retenus en otages, détenus ou portés disparus en Syrie depuis le début du conflit. C'est difficile pour la presse étrangère de couvrir ce conflit
    Soazig Dollet Reporters sans frontières 10/10/2013 - par Nicolas Falez Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.