GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Turquie: après trois ans de gel, l'UE relance le processus d'adhésion

    media Drapeaux de la Turquie et de l'Union européenne AFP

    L'Union européenne a décidé d'ouvrir ce mardi 22 octobre un nouveau chapitre dans les négociations d'adhésion avec la Turquie, après trois ans de paralysie. C’est la présidence lituanienne de l'UE qui vient de l’annoncer. Et c'est la reprise d'une histoire entammée en 1987 avec le dépôt de candidature de la Turquie.

    C’est un feuilleton qui dure depuis 26 ans. La Turquie a déposé sa candidature en 1987. Et elle est officiellement candidate depuis 1999. Un processus lent et laborieux. En cause, le manque de volonté politique évident du côté européen et du côté turc.

    La grande majorité des Européens est réticente à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Et ces dernières années, les Turcs se désintéressaient d’une Europe qui ne veut pas d’eux. Mais quand le paquebot européen est en marche, il en faut plus pour le faire dévier de sa route.

    La reconnaissance de Chypre, un obstacle incontournable à l'adhésion

    Un nouveau chapitre des négociations va donc s’ouvrir le 5 novembre. Il aurait dû s’ouvrir au printemps dernier, mais la répression du mouvement de protestation sur la place Taksim d'Istanbul par les autorités turques avait entraîné son ajournement.

    La Commission européenne, dans son rapport de suivi, a dénoncé la semaine dernière un usage excessif de la force par la police. Mais elle a paradoxalement salué les « pas importants » de la Turquie en matière de démocratie. Sur les 35 chapitres de négociations, un seul a jusqu'ici pu être bouclé : la non-reconnaissance par Ankara de la République de Chypre, l'un des 28 pays de l' UE. Cette situation reste un obstacle incontournable à l’avancée des négociations d’adhésion.


    VU D'ISTANBUL : La turquie aime garder la tête haute

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    « Une hirondelle ne fait pas le printemps », a commenté le ministre chargé des Affaires européennes Egemen Bagis. Car selon lui, cette bonne nouvelle n’a que trop tardé. Le négociateur en chef pour l’adhésion de la Turquie n’est pas vraiment connu pour sa grande sympathie vis-à-vis de l’UE, et il tient à rappeler que cette décision, qui est certes importante et positive, « avait été prise il y a bientôt six mois ».

    Il oublie de rappeler que c’est la brutale répression des manifestations de Gezi, à Taksim, qui avait suspendu son entrée en vigueur. Malgré tout, après un rapport d’avancement lui aussi très favorable, pour la première fois depuis longtemps, ce nouveau départ rend le ministre Bagis optimiste pour les chapitres à suivre, les 23 et 24e, ce qui confirmerait en effet le retour du printemps entre Bruxelles et Ankara.

    → A (RE)LIRE: Malgré la répression, «l'esprit de Gezi» s'exprime toujours en Turquie

    Pour relancer une dynamique, au point mort depuis plusieurs années maintenant, M. Bagis a d’ailleurs évoqué de nouvelles propositions pour une solution à la question chypriote, problème qui reste le principal frein au déblocage de tous les chapitres de négociations restant. Mais il n’a pas manqué l’occasion de fustiger dans le même temps les pays européens qui, même membres, mériteraient un rapport d’avancement pour leur attitude négative concernant la Syrie et l’Egypte. La Turquie, même récompensée, aime garder la tête haute.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.