GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Arabie Saoudite: des femmes défient le pouvoir en prenant le volant

    media Les Saoudiennes sont obligées de faire appel à un chauffeur pour se déplacer. Getty Images/Lonely Planet Images/Aldo Pavan

    Les Saoudiennes veulent la permission de conduire. En Arabie saoudite, ce n'est toujours pas un droit. Des militantes ont donc décidé de braver une nouvelle fois l'interdiction, ce samedi 26 octobre, qui n'aura pas été la date symbolique prévue, car les autorités ont fait d'intenses pressions. Il n'y aura pas eu de regroupement donc, mais ce samedi, les Saoudiens auront vu quelques femmes au volant. Une pétition mise en ligne au mois de septembre pour demander le droit des femmes à conduire avait recueilli plus de 16 000 signatures, avant d'être bloquée il y a deux semaines.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Pour ces militantes saoudiennes qui réclament le droit de conduire, cette journée du 26 octobre devait être un jour symbolique. Mais sous la pression et les menaces incessantes cette semaine des autorités saoudiennes, elles ont décidé d’éviter la confrontation.

    Il y a quelques semaines, une recommandation pour lever l’interdiction a été déposée par des militantes devant le Majlis al Shura, le conseil consultatif. La princesse Adila, fille du roi Abdallah, très impliquée dans les affaires relatives à la femme en Arabie Saoudite confie qu’elle préfére la discussion à l’affrontement et qu’il est préférable d’utiliser la voix officielle, comme l’on fait ces militantes à la Choura. Les autorités saoudiennes qui exècrent les tours de force, préfèrent privilégier ce mode de revendication. Revendication actuellement examinée par le roi Abdallah, qui ne serait pas défavorable à la conduite des femmes.

    Irréductibles

    Mais certaines irréductibles ont quand même pris le véhicule de leur père ou de leur mari pour braver l’interdit. C’est le cas de Madeha, militante de la première heure. Elle est prête à assumer tous les risques, y compris de se faire emprisonner. En 1990, lors de la première guerre du Golfe, cette femme de 58 ans avait été arrêtée parmi 47 autres Saoudiennes. Vingt-trois ans plus tard, c’est le même droit de conduire qu’elle revendique avec toujours autant de détermination : « Ce n’est pas seulement le besoin de se déplacer pour aller travailler ou aller à l’école, mais c’est également une façon de revendiquer nos droits comme citoyennes. Les jeunes femmes veulent conduire et être des membres à part entière de ce monde. »

    A (RE)LIRE : En Arabie Saoudite, une femme défie l’interdiction de conduire une voiture

    Depuis quelques semaines, dans les rues de Riyad, on voit de plus en plus de femmes au volant du véhicule de leur père ou de leur mari. Elles n’hésitent pas non plus à poster leurs vidéos sur les réseaux sociaux. Signe de frémissement, début octobre, le chef de la police religieuse a reçu l’ordre de ne pas faire intervenir ses agents pour ce genre d’infraction.

    Il y a urgence, d’autant qu’il y a pénurie de chauffeurs dans le royaume. Les autorités réfléchissent à la mise en place d’infrastructures comme former une police féminine et des auto-écoles pour les femmes. La question est maintenant de savoir quand les femmes saoudiennes et étrangères pourront enfin conduire.

    A (RE)LIRE : Cinq Saoudiennes arrêtées pour avoir pris le volant

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.