GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Egyptiens mécontents de la censure de l'humoriste Bassem Youssef

    media Des Cairotes regardent la première diffusion de la seconde saison de l'émission télévisée de Bassem Youssef, le 25 octobre 2013.. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

    Le programme à succès de l’humoriste égyptien Bassem Youssef a été suspendu vendredi 1er novembre par la chaîne de télévision CBC. Cette dernière a justifié sa décision par le fait que l’humoriste n’aurait pas respecté les clauses du contrat. Pour son premier épisode de la seconde saison, Bassem Youssef avait critiqué le général al-Sissi, ministre de la Défense et homme fort de l’Egypte.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Les critiques de Bassem Youssef dans son émission du 25 octobre avaient provoqué une levée de boucliers de la part des très nombreux partisans du général al-Sissi, que des sondages donnent comme l’homme le plus populaire d’Egypte.

    Lors de sa première saison, Bassem Youssef ne ratait pas une occasion pour se moquer de Mohamed Morsi, alors président en exercice. Ce vendredi 1er novembre, son programme avait été suspendu par CBC, officiellement à cause de son sarcasme à l’égard de la chaîne.

    Les personnes qui ont pu assister au programme, enregistré le mercredi, ont indiqué que le plus clair de l’épisode était consacré à critiquer le parti pris des médias, notamment sa propre chaîne et al-Jazira.

    La décision de CBC a été condamnée par la plupart des hommes et mouvements politiques, de Mohamed el Baradei aux jeunes de Tamarod. Même les Frères musulmans qui le maudissaient et cherchaient à le faire taire ont critiqué « l’atteinte à la liberté d’expression ». La présidence a indiqué n’être pas partie prenante dans cette affaire tandis que l’armée est restée muette.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.