GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Mardi 25 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 27 Septembre
Vendredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La communauté philippine de Jordanie se mobilise pour les victimes du typhon

    media L’association des Philippins de l’étranger se mobilise pour aider les victimes du typhon Haiyan. REUTERS

    Après le passage du typhon dévastateur Haiyan sur les Philippines, les ressortissants philippins vivant en Jordanie se mobilisent pour les victimes de la catastrophe. Officiellement, ils sont 16 000, ais probablement le double, car beaucoup sont sans papiers. L’association des Philippins de l’étranger vendait ce samedi matin des tickets et des tee-shirts pour envoyer de l'argent au pays.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Férat

    C’est leur seul jour de congé et ils sont venus en nombre. Ou plutôt, elles sont venues en nombre. Car 90 % des Philippins de Jordanie sont des femmes. Elles sont bonnes à tout faire, nounous, infirmières... Elles ont souvent laissées leurs enfants pour gagner parfois à peine 200 dollars par mois. Les tickets pour les victimes sont vendus trois euros, les tee-shirts 10 euros. « Sur le tee-shirt on peut lire, "Allez, ensemble aidons" », explique l’une d’elle. « Ou bien encore "Ensemble aidons les victimes". J'étais tellement triste au sujet des victimes… A chaque fois que je regardais la télé je me mettais à pleurer ».

    → A (RE)LIRE : L'Arabie Saoudite soutient les Philippines, premier pays d'origine de sa main-d’œuvre

    La famille de Jean habite juste à côté de Tacloban. Elle n’a pas eu de nouvelles pendant trois jours. « Ma famille a un peu retapé la maison pour avoir un abri », explique-t-elle. « Jusqu’à maintenant il n'y a pas de matériaux pour reconstruire quoi que ce soit. Donc, on verra. Mais je suis si heureuse qu’ils soient sains et saufs. Je les ai vu la dernière fois en 2010. Et mon fils aussi est là-bas. »

    Ses frères et son père se sont accrochés à un palmier pour ne pas être emportés. Sa mère a dû monter dans le clocher de l’église pour fuir l’eau qui montait. Jean ira dans un mois à Tananan pour voir ses proches. Elle a peur qu’un autre typhon se produise.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.