GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Nucléaire iranien : Téhéran laisse entendre qu’un accord reste incertain

    media Les discussions entre l'Iran et le groupe des 5+1 se déroulent à huis clos depuis mercredi. Genève, le 23 novembre 2013. REUTERS/UN Photo/Jean-Marc Ferre

    Un accord n'est pas certain ce samedi 23 novembre à Genève. C'est ce qu'indique un négociateur iranien. Le bras de fer porterait maintenant sur les formulations du texte de l'accord. Manière peut-être de nuancer l'optimisme de cette réunion des 5+1 (Russie, Etats-Unis, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) sur le programme nucléaire de Téhéran, alors que de nombreux chefs de la diplomatie ont rejoint la réunion aujourd'hui.

    Avec notre envoyé spécial à Genève, Sami Boukhelifa

    Les divergences sur le dossier nucléaire s’amenuisent et paradoxalement les chances de signer un accord s’éloignent de plus en plus ce samedi 23 novembre au soir.

    A l’hôtel Intercontinental à Genève - le champ de bataille de cette guerre diplomatique -, la crispation se lit sur les visages. Les tractions durent des heures. Les ministres des Affaires étrangères des grandes puissances et l’Iran mènent un véritable combat. Une guerre des nerfs, une guerre d’usure.

    → A (RE) LIRE : Nucléaire iranien: l’espoir réel d’un nouvel accord à Genève

    Principal problème : les formulations. L’impératif est de trouver les mots justes, les termes exacts. Sur l’enrichissement de l’uranium par exemple, il faut, nous dit-on, le mentionner dans le texte d’accord sans pour autant le mettre noir sur blanc.

    Une ambiguïté de plus dans cette énième journée de négociations. Et pour couronner le tout, les Américains annoncent le départ de John Kerry. Le secrétaire d’Etat doit apparemment prendre l’avion pour Londres dès dimanche matin pour aller rencontrer son homologue britannique William Hague qui se trouve, ce samedi soir, à ses côtés. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.