GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Libanais Jabbour Douaihy reçoit le Prix de la jeune littérature arabe

    media « Saint Georges regardait ailleurs » (Actes Sud), de Jabbour Douaihy, prix de la jeune littérature arabe 2013. Actes Sud

    Le Prix de la jeune littérature arabe sera décerné ce lundi 25 novembre à 18h30 à l'Institut du monde arabe à Paris. Dans son troisième roman, Saint Georges regardait ailleurs (Actes Sud), l’écrivain libanais Jabbour Douaihy retrace, sur fond de guerre civile libanaise déclenchée en 1975, l'histoire d'un jeune homme parti du nord du pays vers la capitale. Un peu comme l'auteur originaire d'un village du nord de la montagne près des cèdres et qui s'est installé à Beyrouth au moment de la guerre.

    Saint Georges regardait ailleurs, c’est le titre de votre roman. Il regardait où Saint Georges ? C’est où cet ailleurs ?

    Cet ailleurs est le fait que le saint patron de Beyrouth était distrait à ce moment-là, au moment où la guerre a éclaté, où le Liban est entré dans une guerre civile sans merci.

    Il s’agit de Nizam, votre héros. Vous racontez l’histoire de ce garçon, né musulman, à Tripoli, la ville du nord du Liban, puis baptisé, car il est adopté par un couple de chrétiens. Nizam, étant ainsi en marge, est en quelque sorte spectateur de sa vie et de ce qui l’entoure. À un moment, il se retrouve à Beyrouth, dans une grande maison. Il accueille ses amis qui sont des militants de gauche et on a l’impression qu’il regarde tout cela comme un théâtre.

    Nizam est peu acteur, il est peu sujet, c’est un peu le destin des gens qui, comme lui, se voient entraînés dans une logique à laquelle ils n’ont pas beaucoup participé, mais dont ils subissent, coup sur coup, toutes les conséquences.

    Votre roman se situe au début de la guerre civile. C’est là que Nizam se retrouve à Beyrouth, au déclenchement de la guerre civile. Et cette façon que vous avez de présenter ces militants de gauche à travers les yeux de ce héros qui n’est pas impliqué là-dedans, est-ce que c’est aussi votre regard d’aujourd’hui sur cette agitation qui a emporté le pays, qui est peut-être aussi un théâtre, un théâtre dangereux.

    Si on regarde aujourd’hui, bien sûr calmé après toutes les fougues d’une jeunesse de gauche et estudiantine, c’était aussi mon regard à moi, au moment où je suis descendu de mon village du nord à la capitale. J’ai vu tout cela, ce jeu de pseudonymes qu’on se donnait, ce nom de guerre, comme c’était un jeu et qui, brusquement, s’est transformé en réalité. Et notre jeu de militant s’est transformé en une guerre civile. C’est un peu ça, sans vouloir trop culpabiliser la gauche, mais elle est coupable comme bien d’autres. On a vu le cauchemar prendre forme.

    Nous sommes en 2013, près de 40 ans après, et le pays est toujours très fragile. Aujourd’hui, le Liban connaît un flux de réfugiés très important de la Syrie. Comment voyez-vous l’avenir ?

    On ne peut pas dire que l’avenir soit éclairci, mais je crois que le Liban est ça. Cela fait trop longtemps que notre pays connaît les soubresauts régionaux. Je ne fais pas une victime des Libanais, ils sont partie prenante dans divers conflits. L’identification communautaire a

    Pour troisième roman, « Saint Georges regardait ailleurs, l’écrivain libanais Jabbour Douaihy a obtenu le prix de la jeune littérature arabe. Actes Sud/DR

    beaucoup contribué à cela. Il se peut que l’horizon devienne brusquement clair, un moment donné. Moi, j’imagine qu’un changement radical en Syrie entraînera un changement au Liban. Mais, dans l’état actuel des choses en 2013, avec une sorte d’équilibre de la violence, on piétine.

    Le Liban est un pays aux identités complexes et vous vous en rendez très bien compte dans votre livre. Vous en faites partie, vous maîtrisez très bien la langue française et vous êtes professeur de littérature française, mais vous avez choisi la langue arabe pour écrire ce roman. Comment s’est fait ce choix ?

    Le français est la langue dans laquelle j’écris ce qui est un peu logique, des argumentaires, des articles de critiques littéraires, etc., mais quand il s’est agi d’écrire une fiction, la langue arabe s’est imposée. C’est la langue de ma mère, ça vient de loin.

     

     

     


    ________________________________________

    Saint Georges regardait ailleurs, de Jabbour Douaihy, éditions Actes Sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.