GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    «Jour de rage» à Ramallah contre la confiscation des terres et l'expulsion des Bédouins

    media Un manifestant palestinien fuit les gaz lacrymogènes lancés par les forces de l'ordre israéliennes. Ramallah, le 30 novembre 2013. REUTERS/Mohamad Torokman

    « Jour de rage », tel est le nom donné aux manifestations de ce samedi en Israël et dans les Territoires palestiniens. Les participants s'opposent à la confiscation des terres palestiniennes, mais aussi à un projet de loi israélien de déplacement de quelque 40 000 Bédouins dans le désert du Néguev, dans le sud d'Israël. Des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre israéliennes, notamment à Ramallah.

    Avec notre envoyée spéciale à Ramallah, Murielle Paradon

    Une cinquantaine de Palestiniens défilent près de Ramallah, dans une zone contrôlée par l’armée israélienne. Ils se dirigent vers la colonie de Beit El et crient des slogans contre la confiscation de leurs terres. Soudain, de l’autre côté d’une grille, des colons sortent des armes et tirent. Il n’y a pas de blessés, les manifestants se replient. « Cette colonie est à l’intérieur de la Cisjordanie, elle est illégitime. On veut expulser les colons. C’est notre droit, c’est notre terre », s’insurge Shirin.

    Cette journée de colère est aussi une journée de solidarité avec les Bédouins du Néguev qui risquent de se faire expulser par dizaines de milliers par les autorités israéliennes, comme l’explique Tayeeb : « Moi, je suis de Naplouse et je suis venue manifester ici contre le projet de nettoyage ethnique des Bédouins du Néguev. Qu’ils soient Bédouins ou autre, ce sont des êtres humains ! Nous devons tous nous mobiliser, les Palestiniens, contre ce projet israélien. »

    La manifestation ne dure pas longtemps. En quelques minutes, l’armée israélienne intervient : balles en caoutchouc, grenades lacrymogènes et assourdissantes, quelques arrestations et le cortège se disperse. 


    ■ TÉMOIGNAGE

    Essam Bakr est un militant palestinien de Ramallah. Il a défilé pour soutenir les Bédouins ce samedi. Ci-dessous, ses explications :

    Essam Bakr Militant palestinien de Ramallah 30/11/2013 - par Murielle Paradon Écouter

    « Nous manifestons contre le projet de loi Prawer, qui prévoit de déplacer des Palestiniens de la région du Néguev. Nous protestons contre le nettoyage ethnique du peuple palestinien, évincé de sa propre terre. Nous voulons aussi lancer un message pour dire que les Palestiniens sont unis.

    Que ce soit dans le Néguev, dans les Territoires palestiniens, en Cisjordanie, à Gaza, à l’intérieur de la ligne verte, nous militons et résistons contre l’armée, mais aussi contre les colons. Les colons attaquent nos maisons, nos mosquées, détruisent nos arbres, empêchent les agriculteurs d’avoir accès à leurs terres. C’est contre tout cela que nous protestons et nous allons continuer notre combat. »

    ►À (RÉ)ÉCOUTER : Le désert de Néguev, terre des Bédouins

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.