GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: des migrants africains manifestent pour demander le statut de réfugié

    media Des migrants africains protestent devant la Knesset, à Jérusalem, le 17 décembre 2013. REUTERS/Ammar Awad

    Une centaine de migrants africains se sont enfuis du centre de rétention d'Holot, dans le sud d’Israël, qui a ouvert la semaine dernière. Ils protestent contre leurs conditions de détention et ils ont manifesté mardi 17 décembre à Jérusalem. Les manifestants, dont certains ont entamé une grève de la faim, demandent la reconnaissance de leur statut de réfugiés et souhaitent être relâchés du centre de rétention.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Emilie Baujard

    Dans la neige fraîchement fondue, une centaine de sans-papiers africains sont venus manifester leur colère contre le gouvernement israélien. Sur leurs pancartes, on peut lire « réfugiés pas criminels », « nous sommes en danger, pas dangereux ».

    Cet homme en sandales est arrivé d’Erythrée en 2008. Il s’est enfui du centre de rétention du Neguev dimanche soir et raconte : « Il n’y pas de docteur, pas de nourriture. Nous avons fui nos pays pour trouver refuge. Alors, pourquoi nous mettre en prison ? Qu’est-ce que nous avons fait ? Nous n’avons rien fait ».

    Nouvelle loi contre l'immigration clandestine

    Comme des milliers de migrants africains, cet homme est entré illégalement en Israël et à ce titre, il n’a aucun statut. Tout comme Adam, arrivé du Darfour il y a cinq ans, et qui demande aujourd’hui à être entendu par le gouvernement israélien.

    « Depuis notre arrivée en Israël, personne n’a étudié notre statut pour savoir si nous sommes des réfugiés ou non, témoigne Adam. Donc, on nous traque comme des criminels. Certaines personnes sont en détention depuis plus d’un an, elles vont de centre de rétention en centre de rétention. Et ça peut durer indéfiniment, car elles ne peuvent pas non plus rentrer chez elles, c’est trop dangereux. »

    La semaine dernière, une nouvelle loi a été votée. Elle oblige les migrants illégaux à dormir dans des centres de rétention dit ouverts et d’y pointer trois fois par jour. « Des prisons », estiment les parlementaires de gauche, qui ont saisi la Cour suprême israélienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.