GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Commercer avec Washington ou Pyongyang, il faut choisir affirme le secrétaire américain au Trésor
    • Corée du Nord: «l'hystérie militaire mène à l'impasse et à la catastrophe» (Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe)
    • France: en raison d'un appel national à la grève ce jeudi, le site internet et les antennes de RFI pourront être perturbés
    • Ouragan Maria: 15 morts sur l'île de La Dominique (Premier ministre)
    • Corée du Nord: accord politique de l'UE pour de nouvelles sanctions
    • La milliardaire française Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, est décédée à l'âge de 94 ans (famille)
    Moyen-Orient

    Bahreïn : arrestation du chef du parti chiite Al-Wifaq

    media Le chef du principal mouvement de l'opposition chiite bahreïnie, cheikh Ali Salman (c), lors d'une manifestation antigouvernementale, à Manama, le 13 décembre 2013. REUTERS/Hamad I Mohammed

    C'est un coup dur pour le principal mouvement de l'opposition chiite à Bahreïn. Le chef d'Al-Wifaq, cheikh Ali Salman, a été arrêté ce samedi 28 décembre. Pour l'instant, aucune explication n'a été donnée par les autorités du Bahreïn. Il s'agit d'un homme politique modéré qui a acquis une grande légitimité populaire après des années de combat. Son arrestation a surpris tout le monde et n'augure rien de bon.

    L'arrestation de cheikh Ali Salman a été annoncée ce samedi par le parti chiite, dont il est le président : Al-Wifaq a expliqué, dans un bref communiqué, que son dirigeant a été convoqué au siège des investigations criminelles et qu'il a été ensuite déféré devant le procureur général pour interrogatoire.

    Après avoir appris son arrestation, les partisans de cheikh Ali Salman ont commencé à se rassembler devant sa résidence au centre de Manama. Mais toujours selon Al-Wifaq, les forces de l'ordre sont rapidement intervenues pour disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogène.

    La répression se durcit

    Dans la crise politique qui secoue le Bahreïn depuis février 2011, cheikh Ali Salman est pourtant partisan d'une solution négociée avec le pouvoir. Contrairement à d'autres branches de l'opposition chiite plus radicales, le mouvement Al-Wifaq de cheikh Ali Salman ne demande pas la fin pure et simple de la dynastie sunnite mais milite pour l'instauration d'une monarchie constitutionnelle.

    Son arrestation semble être le signe d'un durcissement notable au sein du pouvoir. « Il y a depuis 2011 – depuis le début du soulèvement au Bahreïn – une lutte au sein du régime, entre factions modérées et factions radicales. Ces factions ont des positions divergentes, sur Al-Wifaq notamment. Faut-il le considérer comme un interlocuteur légitime, comme un partenaire de négociation, ou faut-il au contraire lui faire subir le même sort que d’autres partis d’opposition dont les leaders sont en prison, certains à perpétuité ? [L'arrestation de cheikh Ali Salman] pourrait donc être le signe que les durs ont réussi à l’emporter au sein du régime », analyse ainsi Laurence Louère, professeur à Sciences Po et spécialiste du Bahreïn.

    Reste à savoir s'il ne s'agit que d'un coup de semonce ou si le dirigeant d'Al-Wifaq va être jugé puis condamné, comme d'autres avant lui. Mais si cheikh Ali Salman restait en détention, cela rendrait encore plus difficile tout dialogue politique au Bahreïn.

    A (RE) LIRE : Bahreïn : cinquante militants chiites condamnés jusqu'à quinze ans de prison 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.