GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    L'Etat islamique en Irak et au Levant revendique l'attentat de Beyrouth contre le Hezbollah

    media L'attentat s'est produit au la banlieue sud de Beyrouth dans le fief du Hezbollah, 2/01/14. REUTERS/Mahmoud Kheir

    L'Etat islamique en Irak et au Levant, une filiale d'al-Qaïda en Irak et en Syrie, et qui tient depuis peu la ville de Fallouja, à 60 km de Bagdad, a par ailleurs revendiqué ce samedi 4 janvier l'attentat-suicide perpétré jeudi en banlieue sud de Beyrouth, au Liban, contre le mouvement chiite Hezbollah. Une attaque qui a fait quatre morts.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    C’est le centre américain de surveillance des sites islamistes, SiTE, qui a le premier découvert la revendication par al-Qaïda de l’attentat de la banlieue sud de Beyrouth jeudi.

    L’Etat islamique en Irak et au Levant, une branche de al-Qaïda en Irak et en Syrie s’attribue la responsabilité de cet attentat-suicide dans un communiqué mis en ligne sur son site.

    Le texte publié ensuite sur Twitter désigne les chiites comme des « Rafidah », un terme utilisé par les extrémistes sunnites pour dénigrer cette communauté. L’Etat islamique affirme ensuite avoir « réussi à pénétrer le système de sécurité du parti du diable », en allusion au Hezbollah, qui signifie en arabe « le parti de Dieu », et à frapper ses bastions au cœur de son carré de sécurité.

    Le groupe extrémiste sunnite promet « qu’un lourd tribut sera payé par ces ignobles criminels ». Mais le communiqué ne mentionne pas le nom du kamikaze qui a été pourtant identifié par les enquêteurs libanais.

    Il s’agit de Qutaiba Mohamad al-Satem, un jeune extrémiste sunnite originaire du nord du Liban. Son corps, ou ce qu’il en reste, a été remis à ses proches ce samedi 4 janvier. Sa dépouille a été accueillie par des tirs en l’air à Tripoli, ce qui a provoqué une forte tension entre les quartiers sunnites et alaouites de la ville, qui ont échangé des rafales à l’arme automatique, ainsi que des lancers de grenades.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.