GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: la télévision d'Etat dément les propos prêtés à Bachar el-Assad par une agence russe

    media Le président syrien Bachar el-Assad, à Damas, en juillet 2012. Reuters/Sana/Handout

    Ce matin, dimanche 19 décembre, l'agence de presse russe Interfax annonçait que Bachar el-Assad n'envisageait pas de quitter le pouvoir et encore moins d'en discuter à Genève. Une information démentie quelque temps plus tard par la télévision d'Etat syrienne.

    Au premier abord, cette mise au point faite par la télévision officielle syrienne a de quoi surprendre. En effet, Bachar el-Assad et son gouvernement n'ont eu de cesse de le répéter ces dernières semaines : non, le départ du président syrien n'est pas négociable et il n'en sera pas question à Genève.

    Alors pourquoi est-ce que, cette fois, ces propos sont remis en question par les médias du régime ? C'est que depuis samedi soir, les choses se sont un peu accélérées. La Coalition nationale syrienne (CNS), la principale instance de l'opposition a voté sa participation à la conférence de Genève. Le régime syrien doit donc désormais se préparer à aller négocier avec l'opposition.

    → A (RE) LIRE : L'opposition syrienne participera bien à la conférence Genève 2 mercredi

    Certes, fort des soutiens russe et iranien, le président syrien n'a pas de doute sur son maintien au pouvoir. Mais il devra sans doute s'abstenir de trop en dire sur ses intentions avant le rendez-vous de Genève. Car face à une opposition faible et divisée, le régime de Damas est en position de force. S'il y a une partie qui devra faire des concessions, c'est bien lui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.