GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: l'Iran invitée à Genève 2, menaces de la CNS d'y renoncer

    media Le chef de la diplomatie iranien Mohamad Javad Zarif REUTERS/Murad Sezer

    Le secrétaire génénal de l'ONU a convié le 20 janvier l'Iran à la conférence de paix sur la Syrie, dite Genève 2, qui se tiendra mercredi 22 janvier en Suisse, après d'intenses discussions avec le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif. Ban Ki-moon estime que Téhéran, qui est le principal allié régional de Damas, s'est engagé à jouer « un rôle positif et constructif » pour mettre fin au conflit syrien. Mais Washington demande à Téhéran de soutenir le processus de transition en Syrie en préalable à sa venue à la conférence. La Coalition nationale syrienne (opposition), elle, menace carrément de ne pas participer si l'Iran était présent.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    L’Iran était le grand absent de la première liste d’invités à cette conférence de Genève 2. Mais cette absence devenait de plus en plus difficile à justifier alors que dans l’autre camp l’Armée syrienne, elle, a été invitée. Ban Ki-moon a répété à plusieurs qu’il jugeait nécessaire la présence de Téhéran, le principal allié de Damas, contre l’avis de Washington et de l’opposition syrienne.

    Le secrétaire général de l’ONU a finalement obtenu que Téhéran fasse une concession : accepter le principe d’une transition en Syrie qui serait confiée à un gouvernement provisoire établi d’un commun accord entre le régime et l’opposition et qui exercerait tous les pouvoirs. A cette condition,  Ban Ki-moon a donc invité l’Iran.

    →A (RE)LIRE: L’Iran sur la liste des invités à Genève 2?

    L’Iran fait partie d’une quarantaine de pays invités à cette conférence de paix sur la Syrie. Ils ne participeront qu’à la première journée d’ouverture à Montreux, près de Genève. Les véritables négociations doivent commencer vendredi, à huit-clos, entre les seules délégations du gouvernement syrien et de l’opposition, avec l’espoir que les deux parties parviennent à trouver un terrain d’entente pour mettre fin au conflit.

    Les rebelles islamistes ont fait savoir qu'ils ne viendraient pas à Genève, à la différence de l'opposition qui a, elle, décidé samedi de venir. Une décision difficile prise dans la douleur, sous la pression de ses alliés comme l'explique Fabrice Balanche, maître de conférence à l'université de Lyon.

    Les Occidentaux lâchent l'opposition.
    Fabrice Balanche Maître de conférence à l'université de Lyon 20/01/2014 - par Aabla Jounaïdi Écouter

    Sur le terrain, l'Etat islamique en Irak et au Levant propose à ses anciens alliés rebelles
    de s'unir pour mieux combattre le régime de Bachar el-Assad.

    Moscou salue la venue de l'opposition à Genève 2

    Avec notre correspondante à Moscou, Veronika Dorman

    La Russie salue la décision de l'opposition syrienne de participer la semaine prochaine à la conférence de paix de Genève 2, a déclaré dimanche le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov. Pour Moscou, c’est une victoire de sa ligne de conduite dans le dossier syrien. Depuis le début des violences en Syrie, la Russie prône la voie de la négociation, et insiste sur le fait que toutes les parties concernées doivent se réunir autour d’une même table.

    Après des semaines de tergiversations, la coalition de l’opposition syrienne a enfin accepté de rencontrer les représentants du régime de Bachar el-Assad. L’opposition a cédé aux pressions occidentales et arabes, mais dans l’unique but de retirer à el-Assad tous ses pouvoirs, a insisté le président de la Coalition, Ahmad Jarba. Le président syrien, lui, a déclaré qu’il ne comptait pas satisfaire aux exigences de ses opposants. Il ne se rendra pas, et c’est à lui de mener la transition.

    Les concessions de Bachar

    Moscou a néanmoins obtenu du régime syrien quelques concessions, pour encourager l’opposition à participer à la conférence de Genève. Damas s’est dit prêt à autoriser de convois d’aide humanitaire, à procéder à un échange de prisonniers avec les rebelles et à mettre en place un plan pour cesser les actions militaires à Alep.

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.