GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Arabie Saoudite: la mort d'une étudiante met en lumière le poids de la religion

    media Des femmes saoudiennes en septembre 2009. REUTERS/Fahad Shadeed

    En Arabie Saoudite, la mort d'une jeune étudiante, victime d'un malaise cardiaque à l'université pour filles de Riyad, non secourue à temps, suscite la controverse sur les réseaux sociaux. Les gardiens de l'université sont accusés d'avoir empêché l'ambulance de pénétrer dans l'enceinte de l'université. En Arabie Saoudite, l'application de la loi islamique impose des restrictions aux femmes. Celles-ci ont notamment besoin d'un tuteur pour travailler, voyager, se marier et n'ont pas non plus le droit de conduire. 

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Amna était son nom. Agée à peine de 19 ans, elle était étudiante en sciences médicales à l’université du Roi Saoud, université des filles. Cette jeune saoudienne souffrait de problèmes cardiaques depuis l’âge de 4 ans.

    Ce dimanche 2 février, elle ressent une forte douleur au bras gauche. Elle décide alors de se rendre à l’infirmerie et appelle son frère. Les urgences de l’hôpital King Faysal sont alertées. Mais l’ambulance est stoppée à l’entrée. Elle ne parvient pas à pénétrer dans l’enceinte de l’université et pour cause, les ambulanciers sont des hommes.

    Au nom de la charia, au nom de la non mixité en Arabie Saoudite, personne à la direction de l’université n’a osé prendre la responsabilité de les faire entrer. Une vie est pourtant en jeu. Mais c’est une jeune femme. Trente minutes plus tard lorsque l’ambulance parvient enfin à entrer, Amna succombe à une crise cardiaque.

    L’affaire a fait non seulement beaucoup de bruit dans les réseaux sociaux. Mais elle met aussi en émoi une frange de la société saoudienne dite « progressiste » qui pointe du doigt les responsables de l’université du Roi Saoud qui n’ont pas su faire preuve de bon sens avant tout, craignant sans doute une réaction violente de la police religieuse qui pourrait prendre la décision irréversible de fermer cette université pour filles.

    Des étudiantes qui non seulement étudient mais trouvent aussi une fenêtre pour fuir un quotidien souvent jalonné de contraintes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.