GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Témoignage d'un jihadiste français en Syrie

    media Des membres du groupe rebelle du Front al-Nosra à Deir Ezzor, le 5 février 2014. REUTERS/Khalil Ashawi

    Salahudine est un jihadiste français, âgé de 27 ans et originaire de la région parisienne, parti combattre il y a sept mois en Syrie. Parce qu'il connaissait depuis plusieurs années Charlotte Boitiaux, journaliste à France 24, il a accepté de se confier à elle seule, sous couvert d'anonymat. Gravement blessé au début du mois de février à Alep, Salahudine a envoyé son dernier message le 8 février. Depuis, il n'a donné aucun signe de vie.

    Lire sur le site de France 24

    Il se fait appeler Salahuddine el-fransi. Salahuddine le Français. C'est le nom qu'il s'est choisi pour faire la guerre en Syrie car, dit-il, « on ne se bat jamais sous sa véritable identité ».

    Salahuddine a donc décidé de partir en mai dernier. « Je ne dormais plus, explique t-il. Allah m'a fait comprendre qu'il fallait que j'aille en Syrie pour racheter mes péchés »... Car Salahuddine sortait en boîte de nuit, buvait de l'alcool. Il gagnait bien sa vie.

    Comment s'est-il radicalisé ? Lui, rejette cette expression. Il évoque une « prise de conscience » intervenue loin des mosquées, sur Internet, en regardant des vidéos et notamment des interventions d'Oussama Ben Laden.

    Il est donc parti fin juin, avec sa femme et ses deux filles. Un peu d'argent en poche mais aucun contact sur place. Il arrive à Alep et c'est là, seulement, qu'il dit rencontrer des combattants de l'Etat islamique en Irak et au levant (EIIL). Il les rejoint, suit une formation militaire pendant un mois puis entre sur le champ de bataille.

    Mais finalement, Salahuddine quitte le groupe et rejoint le Front Al Nosra, plus proche de ses idéaux. Avec eux, il a combattu à Alep, Homs et Damas. Au début du mois, il a été grièvement blessé. La mort ? Il l'a voit comme une récompense. Cela fait cinq jours qu'il n'a plus donné de nouvelles.

     

    Sur Facebook, on s'est parlé pendant une dizaine de jours...J'étais consciente qu'il s'agissait d'un témoignage assez rare.
    Le témoignage de Charlotte Boitiaux qui a recueilli le témoignage de Salahudine, jihadiste français 13/02/2014 - par Caroline Paré Écouter

     

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.