GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Frères musulmans officiellement «terroristes» pour l'Arabie saoudite

    media Des membres de l'EIIL en parade à Tel Abyad, près de la frontière turque, le 2 janvier 2014. REUTERS/Yaser Al-Khodor

    L'Arabie saoudite a classé plusieurs groupes islamistes internationaux sur sa liste des organisations terroristes. Les mouvements en question sont très différents les uns des autres, puisqu'il s'agit à la fois des Frères musulmans et des groupes jihadistes du Front al-Nosra et de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), tous deux engagés en Syrie.

    Musulmane et conservatrice, l'Arabie saoudite affiche une position de plus en plus hostile aux Frères musulmans, qu'elle considère comme une menace pour sa stabilité. Ainsi, Riyad soutient ouvertement le nouveau pouvoir égyptien, qui mène actuellement une lutte sans merci contre la confrérie à laquelle appartient le président destitué Mohamed Morsi. Cette semaine, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont par ailleurs annoncé le rappel de leur ambassadeur au Qatar, autre pays du Golfe qui soutient massivement la mouvance des Frères musulmans dans le monde.

    Depuis ce vendredi, le royaume saoudien considère donc les Frères musulmans comme des « terroristes », au même titre que deux organisations jihadistes qui combattent en Syrie, à savoir le Front al-Nosra, branche officielle d'al-Qaïda en Syrie, et l'Etat islamique en Irak et au Levant, encore plus radical. Simultanément, l'Arabie saoudite donne 15 jours à ses ressortissants engagés dans le jihad à l'étranger pour rentrer au pays, sous peine d'être condamnés à 20 ans de prison.

    Cela signifie-t-il que le royaume se désengage du terrain syrien ? Non, il continue d'y financer et d'y armer plusieurs organisations, comme l'Armée syrienne libre (ASL) et le Front islamique, qui se battent contre le régime de Bachar el-Assad. A noter enfin que l'Arabie saoudite classe également comme terroriste la rébellion houthiste du Yémen, un mouvement proche du chiisme qui se bat contre le pouvoir yéménite, non loin de la frontière saoudienne.

    → À (RE)LIRE : Pour Karim Pakzad, « la lutte est énorme entre l'Arabie saoudite et l'Iran en Irak »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.