GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: la loi sur la conscription des juifs ultra-orthodoxes adoptée au Parlement

    media Le 2 mars 2014, des centaines de milliers de juifs ultra-orthodoxes ont manifesté dans les rues de Jérusalem pour dénoncer la loi prévoyant la conscription pour tous les Israéliens, sans exception. REUTERS/Darren Whiteside

    Le Parlement israélien a adopté ce mercredi 12 mars 2014 une loi controversée sur la conscription des juifs ultra-orthodoxes. Ces religieux seront désormais obligés de faire leur service militaire, comme tous les autres Israéliens, mais pas avant 2017.

    65 voix contre une. Après des mois de débats, la loi prévoyant d’envoyer les juifs ultra-orthodoxes à l’armée est passée facilement au Parlement israélien, ce mercredi matin. L’opposition avait décidé de boycotter le scrutin. Jusqu’à présent, les juifs ultra-orthodoxes étudiant dans les écoles talmudiques étaient dispensés de service militaire. Ceci était vécu comme une injustice par les autres Israéliens, obligés de faire leur armée, trois ans pour les garçons, deux pour les filles. La loi, qui entrera pleinement en application en 2017, va changer les choses mais pas complètement. Tous les ultra-orthodoxes ne feront pas leur service. Il y aura des quotas fixés chaque année et un certain nombre d’exemptions possibles.

    Un texte avant tout symbolique

    Le texte est donc avant tout symbolique et a divisé la société israélienne ces derniers mois : d'un côté les laïcs, qui réclamaient un partage du « fardeau national », et de l'autre les ultra-orthodoxes, réclamant le droit de continuer à étudier la religion. Ces derniers ont d'ailleurs manifesté massivement à Jérusalem le 2 mars contre le projet de loi et notamment contre une disposition prévoyant d’envoyer en prison ceux qui se soustrairaient au service militaire, comme c’est le cas pour n’importe quel jeune Israélien.

    → A (RE)LIRE : Israël: manifestation gigantesque des juifs orthodoxes à Jérusalem

    Certains ultra-orthodoxes n’hésitent pas à parler de « persécution religieuse ». Mais en coulisse, des rabbins avouent que la loi n’est pas si mauvaise, car elle ne va pas changer grand-chose. Une loi a minima, donc, mais qui a le mérite d’exister. Pour le gouvernement israélien, il s'agit non seulement de rétablir une égalité entre les jeunes vis-à-vis du service militaire, mais aussi de pousser les ultra-orthodoxes à écourter leurs études et à entrer dans la vie active après leur service militaire. La plupart des ultra-orthodoxes ne travaillent pas et vivent de subventions de l'Etat.

    J'espère que le gouvernement réalisera que les gens qui étudient la religion sont utiles au pays
    Reportage à Mea Shéarim, quartier ultra orthodoxe de Jérusalem 12/03/2014 - par Murielle Paradon Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.