GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    Moyen-Orient

    Liban: Beyrouth gagnée par les violences

    media Patrouille de soldats libanais sur les lieux des affrontements, dans le sud de Beyrouth, le 23 mars 2014. REUTERS/Mohamed Azakir

    Au Liban, les affrontements se poursuivent à Tripoli, entre des miliciens sunnites partisans des rebelles syriens et des combattants alaouites, favorables au président Bachar al-Assad. Mais la tension s'est transposée à Beyrouth, où de violents combats ont opposé ce dimanche 23 mars des militants salafistes à un groupe sunnite proche du Hezbollah. Bilan: un mort et 13 blessés. L'armée libanaise s'est interposée entre les belligérants.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Les affrontements aux armes automatiques et aux roquettes anti-chars ont duré six heures en plein cœur de la capitale. Ils ont opposé des miliciens salafistes partisans des rebelles syriens, et des combattants du Courant arabe, un groupe sunnite proche du Hezbollah, composé de Libanais et de Palestiniens.

    Les accrochages se sont déroulés dans des quartiers populaires, non loin de la cité sportive et du camp palestinien de Sabra et Chatila. Le crépitement des rafales et l'explosion des grenades et des roquettes ont été entendus dans tout Beyrouth. En mai 2012, le Courant arabe avait été chassé par les partisans de Saad Hariri du quartier sunnite de Tarik Jdidé, à l'issue de violents combats.

    L'armée sur place

    Le chef de ce groupe, Chaker Berjoui, a accusé les partisans de l'ancien Premier ministre de harceler ses sympathisants. Toutefois, Ammar Houri, un député du Courant du futur de Saad Hariri, a nié toute implication de son parti dans les combats de dimanche.

    L'armée libanaise a dépêché d'importants renforts et s'est déployée dans les zones des affrontements, où un calme précaire est revenu en début de matinée ce dimanche. Mais la tension reste palpable et les habitants craignent une reprise des accrochages à tout moment.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.