GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)
    Moyen-Orient

    Egypte: la police peut désormais investir l’université du Caire

    media Des policiers égyptiens aux abords de l'université du Caire après une série d'explosions survenue le 2 avril 2014. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

    En Egypte, le conseil des doyens de l’université du Caire a décidé à l’unanimité d’autoriser la police à entrer immédiatement sur le campus et à y camper en permanence. Une décision prise hier, jeudi 3 avril, au lendemain du triple attentat à la bombe devant l’université qui a tué un général de police et blessé plusieurs hauts gradés.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    La décision de l’université du Caire est sans précédent. Depuis la rentrée universitaire en octobre et la répression contre les Frères musulmans, les universités égyptiennes sont devenues un siège privilégié de la contestation des membres de la Confrérie. Une contestation qui se traduit par des manifestations contre le régime, mais aussi par des violences contre d’autres étudiants ou contre les bâtiments des différentes universités dont plusieurs ont été incendiés ou saccagés.

    Provocation

    L’entrée de la police sur le campus de la plus grande université égyptienne est censée prévenir ces actions. Toutefois, Mohamad Badran, le président élu de l’Union des étudiants d’Egypte estime qu’une telle décision pourrait verser de l’huile sur le feu et être perçue comme une provocation pour la majorité des étudiants qui, pour le moment, n’ont pas pris part au mouvement de contestation dominé par les Frères musulmans. Badran reconnaît toutefois qu’il est nécessaire de trouver un moyen pour éradiquer la violence du campus.

     → A (RE)LIRE : Egypte: un général de police tué dans un attentat au Caire

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.