GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Parti au jihad en Syrie avec son bébé: «Ma fille n’est pas en otage»

    media Des combattants du Front al-Nosra autour de l'aéroport d'Alep, contrôlé par le régime, le 28 janvier 2014. REUTERS/Ammar Abdullah

    Près de 700 ressortissants français seraient concernés par le jihad en Syrie. C'est le cas d’Hamza. En octobre dernier, il a quitté sa ville de Lyon en France pour rejoindre Jabhat al-Nosra, branche officielle d'al-Qaïda. Il a emmené avec lui sa fille Assia, âgée de 24 mois. Au micro de notre journaliste David Thomson, il se défend de l’avoir prise en otage.

    Depuis plusieurs mois, Hamza, ressortissant français de 25 ans, est en Syrie aux côtés des jihadistes de Jabhat al-Nosra avec sa fillette de 24 mois. Après la plainte de son ex-femme l'accusant de kidnapping, il est aujourd’hui recherché par Interpol. Mais cet ancien vendeur sur les marchés de Lyon, et pratiquant depuis seulement trois ans, n'a aucune intention de remettre Assia à sa maman.

    « Assia n’est pas en otage. Dans la religion, il y a ce qu’on appelle la ‘hijra’. C’est l’obligation pour tout musulman de ne pas vivre dans un pays non musulman. Donc moi, j’ai pris ma fille pour la ‘hijra’ », justifie Hamza. « Ma fille, je ne la mets pas au-dessus des enfants syriens. Les enfants syriens qui meurent, c’est comme si je voyais mon enfant mourir. Je ne l’ai pas emmenée à la mort ; c’est Dieu qui fait vivre et mourir », dit-il encore.

    Hamza est parti avec le bébé en Syrie en octobre dernier. Il est parti en voiture, passant par l'Italie, la Grèce puis la Turquie. Il assure aujourd'hui se trouver dans une zone épargnée par les combats où la loi islamique est appliquée. En France, Mériam Rhaiem, son ex-femme, fait tout pour alerter médias et autorités dans l'espoir de ramener sa fille en France. « Je ressens un grand manque de ma fille et surtout, je me sens démunie. Je demande à son père, s’il a un minimum d’amour pour sa fille, qu’il la rende à sa mère », lance-t-elle.

    Comme Mériam, plusieurs familles se mobilisent en France dans l'espoir de ramener leurs enfants de Syrie. Elles organisent ce mercredi 9 avril à Paris une conférence de presse pour alerter l’opinion et interpeller directement le Premier ministre sur ce phénomène du jihad en Syrie. Sept cents Français sont aujourd'hui concernés par ce jihad, selon le ministère de l'Intérieur. Près de 250 d’entre eux sont au combat, dont une quinzaine de mineurs.

    L'intégralité de l'interview de Hamza - Exclusivité RFI 

    Je n'ai jamais dit que je préférais que ma fille meure en martyre. Ce n'est pas vrai. Elle n'est pas otage. Elle boit comme tous les enfants, elle mange comme tous les enfants, elle dort comme tous les enfants.

    Hamza

    Jihadiste français en Syrie

    09/04/2014 - par David Thomson Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.