Dans le sud de l'Egypte, la colère monte chez les Nubiens - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Journal
  3. 06:18 TU Sessions d'information
  4. 06:30 TU Journal
  5. 06:43 TU Sessions d'information
  6. 07:00 TU Journal
  7. 07:10 TU Sessions d'information
  8. 07:30 TU Journal
  9. 07:40 TU Grand reportage
  10. 08:00 TU Journal
  11. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  12. 08:30 TU Journal
  13. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  14. 09:00 TU Journal
  15. 09:10 TU Priorité santé
  16. 09:30 TU Journal
  17. 09:33 TU Priorité santé
  18. 10:00 TU Journal
  19. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  20. 10:30 TU Journal
  21. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  22. 11:00 TU Journal
  23. 11:15 TU Sessions d'information
  24. 11:30 TU Journal
  25. 11:33 TU Sessions d'information
  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:10 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Sessions d'information
  7. 08:00 TU Journal
  8. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  9. 08:30 TU Journal
  10. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  11. 09:00 TU Journal
  12. 09:10 TU Priorité santé
  13. 09:30 TU Journal
  14. 09:33 TU Priorité santé
  15. 10:00 TU Journal
  16. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  17. 10:30 TU Journal
  18. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  19. 11:00 TU Journal
  20. 11:15 TU Sessions d'information
  21. 11:30 TU Journal
  22. 11:33 TU Sessions d'information
  23. 12:00 TU Journal
  24. 12:10 TU Grand reportage
  25. 12:30 TU Sessions d'information
fermer

Moyen-Orient

Egypte

Dans le sud de l'Egypte, la colère monte chez les Nubiens

media Assouan après les affrontements entre des Nubiens et la tribu arabe Beni Helal. REUTERS/Al Youm Al Saabi Newspaper

Début avril, des accrochages entre une tribu arabe et une tribu nubienne ont fait une trentaine de morts dans la ville d’Assouan. Une démonstration spectaculaire du ras-le-bol des Nubiens. Ces habitants de l’extrême sud de l'Egypte ne sont plus disposés à subir en silence ce qu’ils considèrent comme une longue injustice.

La colère des Nubiens va bien au-delà du différend sur la terre entre la tribu arabe des Banu Hilal et la tribu nubienne de Daboudiya qui a mis le feu aux poudres à Assouan début avril. Cela fait cinquante ans que les Nubiens ont été expulsés de leurs terres pour détourner le Nil et construire le haut barrage d’Assouan. Une Nubie qui, depuis lors, est immergée sous le lac Nasser qui s’étend sur 500 kilomètres entre l’Egypte et le Soudan. Les terres où les Nubiens ont été transférés étaient partiellement occupées par des tribus arabes qui sont en conflit permanent avec les Nubiens.

La Nubie, un nouveau Sinaï ?

Il y a deux ans, de jeunes Nubiens ont annoncé la formation du mouvement armé « Katala », « un mouvement de libération » selon ses fondateurs qui sont pour le moment ultra-minoritaires. Un mouvement né après la décision, fin 2012, du gouvernement Frère musulman de vendre les terrains en bordure du lac Nasser aux enchères à des sociétés d’investissement nationales et internationales. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour des Nubiens qui, depuis des années, réclamaient « le droit de retour » à leurs terres.

Importance stratégique

Les autorités ont commencé par geler le projet des Frères musulmans. La mention de la langue et de la culture nubienne a été votée dans la Constitution amendée début 2014. Les Nubiens sont en effet les seuls Egyptiens à disposer d’une langue native autre que l’arabe si l’on exclut l’oasis de Siwa où les bédouins parlent une forme d’amazigh. Les chefs des tribus nubiennes ont récemment été reçus par l’ex-maréchal al-Sissi, candidat ultra-favori pour la présidence de la République. Un militaire conscient de l’importance stratégique des Nubiens en tant que gardiens de la frontière sud de l’Egypte dont le sud-ouest, contrôlé par les bédouins, est une vraie passoire.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.