GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Hamas et le Fatah affichent leur volonté de réconciliation

    media Un cadre du Hamas, Moussa Abou Marzouk, en discussion avec un homologue du Fatah, Azzam al-Ahmed, à Gaza le 22 avril. REUTERS/Mohammed Salem

    La réconciliation est en marche entre le Fatah et le Hamas qui ont annoncé officiellement ce mercredi 23 avril la formation prochaine d'un gouvernement d’union nationale. Alors que les négociations de paix avec les Israéliens sont dans l’impasse, à une semaine de la fin officielle des discussions, les Palestiniens ont visiblement choisi de s’unir.

    Avec notre correspondante à Jérusalem, Murielle Paradon

    Au lieu d'aller vers la paix avec Israël, Mahmoud Abbas va vers la paix avec le Hamas. Il faut qu'il choisisse.
    Benyamin Netanyahu Premier ministre d'Israël 23/04/2014 - par Murielle Paradon Écouter

    Une délégation de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est à Gaza depuis hier, mardi. Elle est conduite par un responsable du Fatah, le parti de Mahmoud Abbas, et a été reçue par le Premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaël Haniyeh.

    Les discussions ont duré une partie de la nuit. Et ce mercredi, un accord a été annoncé officiellement entre les deux frères ennemis Fatah et Hamas pour former un gouvernement d’union nationale d'ici cinq semaines, avec à sa tête Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne. Ce gouvernement devra ensuite préparer des élections dans un délai de six mois.

    Les deux factions rivales, l’une au pouvoir en Cisjordanie, l’autre à Gaza, ont donc décidé de se réconcilier. Même si rien n’est acquis. Car un accord avait déjà été signé en 2011 mais il n’était jamais entré en application.

    Quoi qu’il en soit, les Palestiniens souhaitent afficher leur unité, alors que les négociations de paix avec les Israéliens expirent officiellement dans une semaine et qu’elles sont au point mort.

    Réaction d'Israël

    La réaction de l'Etat hébreu ne s'est pas faite attendre. Israël a annulé une session de négociations prévue ce mercredi soir. Deux jours après des tirs de roquettes depuis Gaza vers le sud d'Israël, l'armée israélienne a répliqué quelques minutes après l'annonce de la réconciliation palestinienne. Le raid aérien aurait blessé six civils palestiniens, dont un gravement, d'après le Hamas.

    « La date buttoir du premier cycle de négociations entre Israéliens et Palestiniens est à la fin du mois, le 29 avril, explique Jean-Paul Chagnollaud, directeur de l'Institut de recherche et d'études Méditerranée Moyen-Orient. On peut penser que les Palestiniens ont compris l'importance de se retrouver, d'avoir une capacité de mise en oeuvre d'une unité nationale pour affronter une période qui va certainement être très difficile. »

    Pour ce qui est des changements concrets dans ce processus de négociation, le chercheur estime que tout dépendra de la composition de ce gouvernement d'unité. « Ca peut être un gouvernement d'indépendance soutenu par le Hamas et le Fatah ou ca peut être un gouvernement dans lequel il y a des représentants des deux formations, remarque-t-il. On ne sait pas encore ce qu'il en sera mais cela donnera d'avantage de force aux Palestiniens pour négocier : on ne pourra pas dire que Abbas est isolé et qu'il n'a pas avec lui l'ensemble des formations politiques palestiniennes. En même temps, si Israël le souhaite, il pourra toujours dire qu'il refuse de négocier avec des représentants du Hamas. »

    Fatah et Hamas : l'histoire d'une brouille

    Le Fatah, parti majoritaire au sein de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), est engagé depuis vingt ans dans les négociations de paix avec Israël, alors que le Hamas refuse le compromis et reste attaché à la lutte armée par tous les moyens, y compris les attentats-suicide meurtriers des années 1990 et 2000.

    Ainsi, lorsque le Hamas remporte les élections législatives palestiniennes en 2006, Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne rejettent catégoriquement cette victoire. Une mise au ban qui attise les tensions interpalestiniennes. En juin 2007, c'est la rupture lorsque le Hamas s'empare dans la violence de la bande de Gaza et en chasse les représentants du Fatah.

    Cela fait donc sept ans que les Palestiniens sont divisés, politiquement et géographiquement. En 2011, sur fond de printemps arabe, la réconciliation est annoncée au Caire, mais jamais appliquée. En 2012, un nouvel accord intervient, cette fois grâce aux efforts du Qatar, sans plus de résultats.

    L'annonce de ce mercredi 23 avril survient alors que les négociations israélo-palestiniennes battent de l'aile, et que le Hamas subit un double blocus israélien et égyptien dans son fief de Gaza. Fatah et Hamas n'ont pas grand-chose à perdre en parlant de réconciliation. Reste à savoir s'ils pourront réellement surmonter leur méfiance réciproque. Et les pressions extérieures.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.