GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Dimanche 18 Février
Aujourd'hui
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Cinq agences de l'ONU réclament de pouvoir aider les Syriens

    media Aujourd'hui, 3,5 millions de Syriens sont totalement privés d'assistance. REUTERS/Bassam Khabieh

    Les responsables de cinq agences de l'ONU ont lancé mercredi 23 avril un appel commun aux belligérants en Syrie afin qu'ils lèvent les obstacles à l'aide internationale. « Trop souvent, les belligérants refusent tout accès humanitaire à ceux qui en ont besoin », écrivent-ils.

    Les cinq signataires rappellent qu'en tout, 9,3 millions de personnes ont besoin d'aide et 3,5 millions d'habitants en sont totalement privés. Les cinq responsables, Valerie Amos (Bureau des Affaires humanitaires de l'ONU), Anthony Lake (Unicef), Antonio Guterres (HCR), Ertharin Couzsin (Programme alimentaire mondial) et Margaret Chan (OMS), exigent un accès humanitaire sans condition à toutes les victimes.

    Ils demandent donc que les sièges imposés par les deux camps aux civils soient levés dans des quartiers d'Alep, de la vieille ville de Homs, de Yarmouk, Moadhamieh, Nubl et Zara. Alep, tout particulièrement, vit une véritable tragédie. Les combats se sont intensifiés ces dernières semaines et un million de civils sont démunis de tout.

    Impossible de leur venir en aide : la plupart des routes sont coupées. Avant les hostilités, la ville comptait 2 000 médecin. Il n'y en a plus que 40 pour une population de 2,5 millions d'habitants. D'une manière générale, en Syrie, un tiers des usines de traitement de l'eau ne fonctionnent plus. 60% des centres de santé sont détruits et 3,5 millions de personnes vivent en état de siège ou n'ont pas accès aux secours.

    Faute d'un accord entre les belligérants, les agences des Nations unies ne peuvent réellement venir en aide qu'à un petit nombre de démunis, au péril de leur vie.

    → A (RE)LIRE : Enquête sur une nouvelle utilisation d'armes chimiques

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.